Déchéance de nationalité: les réactions des élus azuréens

Après quatre mois de vifs débats ayant notamment déchiré la gauche, François Hollande a enterré  la révision constitutionnelle qu'il avait initiée après les attentats de novembre et qui s'est abîmée sur la déchéance de nationalité. Les réactions ont été immédiates.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"J'ai décidé, après m'être entretenu avec les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, de clore le débat constitutionnel", a solennellement annoncé le chef de l'État  depuis l'Élysée au cours d'une déclaration de cinq minutes.
Les élus de la Côte d'Azur Les Républicains ou UDI n'ont pas tardé à réagir sur les réseaux sociaux, tout comme le sénateur-maire de Fréjus frontiste David Rachline. Pas de commentaire pour l'instant chez les élus de gauche.

CHRISTIAN ESTROSI, maire de Nice, président de la Métropole, président du Conseil Régional PACA (LR)






ERIC CIOTTI, député des Alpes-Maritimes, président du Conseil Départemental 06 (LR)

 

MICHELE TABAROT, députée des Alpes-Maritimes, maire du Cannet ( LR)



 

RUDY SALLES, député des Alpes-Maritimes ( UDI), adjoint au maire de Nice

 

LIONNEL LUCA, député-maire de Villeneuve-Loubet (LR) 

DAVID RACHLINE, sénateur-maire de Fréjus (FN)