Hôteliers et restaurateurs de Villeneuve-Loubet manifestent symboliquement pour demander une date de réouverture

Les professionnels du tourisme de Villeneuve-Loubet ont manifesté leur inquiétude face à l'incertitude de la saison. / © J.C. Routhier / FTV
Les professionnels du tourisme de Villeneuve-Loubet ont manifesté leur inquiétude face à l'incertitude de la saison. / © J.C. Routhier / FTV

Ils ont choisi le 1er mai, jour de la fête du travail pour se réunir en voiture et à bonne distance et pour demander plus de lisibilité au gouvernement quant à la réouverture de leur commerce.

Par Catherine Lioult

C'est une commune balnéaire, avec ses fameuses Marina, et son village, ses parcs "aventure" et son fleuve, le Loup.
Villeuve-Loubet compte un peu plus de 15 000 habitants.
 

En cette période de confinement, Covid-19 oblige, les rassemblements sont interdits. Mais en ce 1er mai, les professionels du tourisme ont bravé l'interdiction le temps de quelques minutes devant le pôle culturel Auguste Escoffier, pour lancer un véritable SOS.
Un drive sitting, ou comment se rassembler en respectant la distanciation et les gestes barrières. / © J.C.Routhier
Un drive sitting, ou comment se rassembler en respectant la distanciation et les gestes barrières. / © J.C.Routhier

Une soixantaine de véhicules était au rendez-vous. Pour les commerçants, pas question de ne pas respecter la distanciation y compris pour tenir la banderole ! Mais le message est clair : la fête du travail, c'est le droit au travail !
 
La banderole n'a été déployée que quelques minutes, le temps d'une photo. / © J.C. Routhier
La banderole n'a été déployée que quelques minutes, le temps d'une photo. / © J.C. Routhier

Ce "drive sitting" le 1er mai de cette année si particulière, c'est l'occasion de demander au gouvement  une date de réouverture et un protocole sanitaire. 
Les commerçants de Villeneuve-Loubet, ce matin, jour de la fête du travail. / © J.C. ROUTHIER
Les commerçants de Villeneuve-Loubet, ce matin, jour de la fête du travail. / © J.C. ROUTHIER

Pas de date de réouverture annoncée

Philippe Premoli est hôtelier dans une commune qui compte 15 hôtels classés, 80 hébergements touristiques et une cinquantaine de restaurants. Il rappelle que 400 commerces au total vivent du commerce. Il demande au gouvernement d'entendre le désarroi des professionnels qui craignent pour la survie de leur outil de travail. Les écoles, les crèches rouvriront le 11 mai, les jardineries accueillent déjà du public mais pas eux. Ils se sentent laissés pour compte.
 

Ils ne sont pas optimistes. Ils ne pourront pas ouvrir à la dernière minute et faute de vision claire, ils redoutent de faire une saison blanche.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus