Huit mois après la tempête Alex, la vie reprend doucement son cours à Castérino

Le hameau de Castérino dans la vallée de la Roya est toujours inaccessible par la route. Malgré tout, habitants et professionnels du tourisme veulent croire que les touristes et les randonneurs reviendront cet été.

A Castérino, Aldo passe ses journées entre des travaux de réparation et l'entretien du jardin d'un voisin.
A Castérino, Aldo passe ses journées entre des travaux de réparation et l'entretien du jardin d'un voisin. © Laurent Meney / FTV

La neige à fondu à Castérino (Alpes-Maritimes), dévoilant un peu plus les dégâts causés par la tempête Alex, il y a huit mois. Ce hameau au dessus de Tende n'est toujours très difficile d'accès.

Dans ces rues qu'il fréquente depuis son plus jeune âge et où il a choisi de profiter de sa retraite, Aldo passe ses journées entre des travaux de réparation et l'entretien du jardin d'un voisin.

Petit à petit on va essayer de remonter la pente. D'habitude ça fourmille, là aujourd’hui les rues sont vides, il n’y a personne. Ça fait de la peine, il y a des emplois qui sont en jeu, une société qui est à construire ici, et en même temps, au fond de moi même je me dis "c’est le paradis"

Aldo Viale, habitant de Castérino

Un paradis qui attire chaque été plus de 30.000 visiteurs et fait travailler 100 personnes. Mais aujourd'hui, les touristes peinent à revenir. En cause : ces éboulements déclenchés par la tempête Alex. Ils ont emporté l'unique route d'accès à ce village de la Vallée des Merveilles.

Julia propose habituellement à cette période de l'année des randonnées à cheval.
Julia propose habituellement à cette période de l'année des randonnées à cheval. © Laurent Meney / FTV

D'ordinaire, Julia Bonnet propose à cette période de l'année des randonnées à cheval. Ses animaux sont donc au repos forcé depuis plusieurs mois. "Je ne pense pas qu'ils vont se plaindre de rester là dans le pâturage, de manger et de se faire brosser et de ne pas beaucoup travailler". Mais pour elle, ne pas travailler est problématique.

D'habitude j’emploie deux personnes pour la saison estivale. Mais là, je vais pas embaucher, je vais essayer de faire ça toute seule. Si je ne fais pas de saison, l'année prochaine ce sera compliqué. Je vais devoir me séparer d’une partie des chevaux ou devoir trouver d’autres solutions

Julia Bonnet, éleveuse de chevaux à Castérino

Malgré tout, les professionnels veulent y croire. L'accrobranche rouvrira début juillet. Quant à Anne Servel, elle a déjà accueilli dans son auberge ses premiers clients. "C’est des étrangers principalement. Ils ne sont pas forcément au courant de la situation, mais ils viennent à pied."

Pour les moins sportifs, un transport par navette depuis Tende est à l'étude. La route départementale, elle, devrait être rétablie pour l'été 2022.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie