L'hommage d'un street artiste à Samuel Paty à Antibes : "j'ai choisi les pinceaux comme arme de défense"

Pour clôturer le festival de street art Coul'heures d'Automne, une œuvre d'art a été créée pour rendre hommage à Samuel Paty. "Liberté", l'œuvre de Jérémy Besset, un street artiste de Mouans-Sartoux est visible à Antibes.
Jérémy Besset a été choisi par le festival de street-art antibois et Jean Leonetti pour rendre hommage à Samuel Paty.
Jérémy Besset a été choisi par le festival de street-art antibois et Jean Leonetti pour rendre hommage à Samuel Paty. © Fanny Ardisson / Coul'heures d'Automne
Le festival de street-art "Coul'heures d'Automne" à Antibes s'est terminé d'une bien belle manière. Le street artiste mouansois Jérémy Besset a réalisé une fresque pour rendre hommage à Samuel Paty, le professeur assassiné le 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine, après avoir montré des caricatures de Mahomet en classe.
 
Jérémy Besset a peint cette œuvre pour clôturer le festival Coul'heures d'Automne.
Jérémy Besset a peint cette œuvre pour clôturer le festival Coul'heures d'Automne. © Coul'heures d'Automne

Cette œuvre nommée "Liberté" montre une carte de la France sur laquelle figure en bleu, blanc et rouge les valeurs de la République, avec inscrit en gros caractère le mot "Liberté".

L'artiste l'a réalisée pour clôturer le festival, à la demande de Sébastien Hamard, directeur du festival et du maire d'Antibes-Juan-les-Pins, Jean Leonetti.
 

On était en plein festival Coul'heures d'Automne et avec les événements difficiles qui se sont passés pendant cette période, on s'est interrogés sur la nécessité de clôturer le festival par la création d'une œuvre dédiée à ces victimes

Sébastien Hamard

Une France "en larmes"

La fresque est visible au rond-point Weisweiller à Antibes. "L'émotion était là quand je peignais, raconte Jérémy Besset. Les gens qui passaient en voiture pendant que je peignais n'arrêtaient pas de klaxonner. ​​​​​​Pour moi, ça montre qu'on a touché le cœur et l'esprit des gens et c'est ça qui compte."
 

Cette œuvre, c'est mon interprétation de la France en larmes aujourd'hui, avec notre plus grand pilier pour nous soutenir : la Liberté.
 

Jérémy Besset, street artiste

Le cheminement de cette œuvre a commencé durant l'été, alors que Jérémy Besset avait peint une France, le 14 juillet, au port Vauban d'Antibes, pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Nice en 2016.
"Les mots qui coulent, c'était pour représenter les larmes. Mais, cette fois, j'ai ajouté le mot Liberté sans coulure, comme quelque chose qui restera ancré."
 
Avant, Jérémy aimait à dire qu'il ne voulait pas prendre position par rapport à l'actualité, "mais là, ça m'a trop touché au cœur, j'ai choisi les pinceaux comme arme de défense".
Sébastien Hamard explique avoir choisi Jérémy Besset pour son travail sur la calligraphie et sa "sensibilité importante par rapport à l'actualité". 

Un "enfant du pays"

Jérémy Besset, âgé de 36 ans, est un "enfant du pays", comme il dit. Né à Cannes,  il pratique le street art depuis qu'il a 12 ans. Il vit aujourd'hui à Mouans-Sartoux, où il a son atelier d'artiste. Il fournit des toiles à des galeries en France et dans le monde entier. Cela fait 5 ans que l'artiste vit de sa passion.

Mon but, c'est de transmettre un sourire à ceux qui regardent mes œuvres. Chacun peut s'approprier les phrases que j'écris.

Jérémy Besset, street artiste
 

Voir cette publication sur Instagram

Quand tu reçois la photo d’une toile vendu en 2015. Merci ! 😊😇 La vie est une aventure de différentes couleurs. 120x120. #canvas #painting #acrylic #punition #letters #typograffiti #urbanart #artcollector #arturbain

Une publication partagée par Jérémy Besset (@j_besset) le


Il a également créé le Festival de la craie, à Mouans-Sartoux et Saint-Raphaël. Lors de ce festival, des craies sont distribuées à tous les volontaires qui doivent laisser place à leur imagination pour égayer les trottoirs et les rues de la ville.

La mairie d'Antibes-Juan-les-Pins est en train de réfléchir à une place de choix où déplacer l'œuvre "Liberté" de Jérémy Besset afin qu'elle soit conservée, "pour qu'on se souvienne de ce moment", dit Sébastien Hamard.

Elle restera sur le rond-point Weissweiller jusqu'à la fin de l'année.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture hommage société attentat terrorisme