Cet article date de plus de 8 ans

La réaction des communautés harkis et pieds-noirs au voyage de François Hollande en Algérie: entre amertume et déception

Dans les Alpes-Maritimes, les milliers de rapatriés attendaient beaucoup du voyage du président de la République en Algérie. Le discours n'a pas étonné. Ils attendent toujours un geste fort de reconnaissance de leur souffrance. 
François Hollande devant le parlement algérien
François Hollande devant le parlement algérien

Cinquante ans après l'indépendance de l'Algérie, François Hollande a reconnu solennellement jeudi à la tribune du Parlement algérien les "souffrances que la colonisation française" a infligées à ce pays, sans pour autant formuler les excuses de la France.
"Je reconnais ici les souffrances que la colonisation a infligé au peuple algérien (...), pendant 132 ans, l'Algérie a été soumise à un système profondément injuste et brutal", a lancé le président français dans un discours historique devant les deux chambres du Parlement algérien réunies.
Dans les Alpes-maritimes, les communautés harkis et pieds noirs demandent à ce que leurs souffrance ne soient pas oubliées.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire françois hollande harkis