Canua Island verra le jour en avril 2024, selon son promoteur

Marc Audineau, le promoteur de Canua Island l'a annoncé jeudi 7 décembre sur le plateau du JT de France 3 Côte d'Azur : Canua Island, ce navire regroupant restaurant, bar et plage privée sur l'eau, sera exploité pour la saison prochaine. Malgré les recours demandés par l'Etat.

Boire un cocktail les pieds dans une piscine... au milieu de la mer Méditerranée. Dans quelques mois, cela sera possible, même sans être propriétaire d'un yacht ! Le promoteur de ce projet baptisé Canua Island a annoncé que l'exploitation débuterait en avril 2024.

Depuis ses débuts, ce projet fait des vagues. L'Etat et certaines collectivités locales se positionnent contre l'implantation de ce navire sur la mer Méditerranée. Sur Canua Island, on trouvera un restaurant, un bar et un "beach club", l'équivalent d'une plage privée avec transats et piscine. 

Pour se lancer, les promoteurs de Canua Island avaient besoin de deux permis : l'un pour naviguer et l'autre pour avoir un équipage à bord. Le permis pour naviguer a été obtenu au mois d'août "après avoir eu une ordonnance du juge des référés, qui a ordonné l’Etat de nous le délivrer", précise Marc Audineau, le promoteur de Canua Island, invité du JT de France 3 Côte d'Azur ce jeudi 7 décembre.

Qu'en est-il du second permis ? Le tribunal administratif avait ordonné à l'Etat de le délivrer également. C'est désormais chose faite ! "On l'a obtenu mercredi 6 décembre", se réjouit Marc Audineau.

"C'est un navire éco-conçu"

Dimanche 3 décembre, le préfet des Alpes-Maritimes, alors invité dans l'émission Dimanche en Politique sur France 3 Côte d'Azur, avait déjà annoncé son intention de faire appel de la décision du tribunal administratif : "Nous allons exécuter le jugement du tribunal administratif. Mais, nous allons faire appel. Aujourd’hui, tout le monde parle d’écologie. Je ne crois pas que donner la possibilité à une barge qui va pouvoir mouiller au large, accueillir 400 personnes qui vont faire les navettes pour aller faire la fête au large de la côte soit véritablement respectueux de l’environnement".

Marc Audineau se défend en assurant que Canua Island est un "navire éco-conçu", à partir de matériaux recyclables comme l'aluminium, l'acier et le bois. En outre, il utilise des biocarburants, ce qui représenterait "90% d'émission de COen moins". Il assure également que les eaux noires et leurs déchets seront triés et recyclés.

Et les posidonies ? "C’est la raison pour laquelle on était à Mandelieu, pointe Marc Audineau. Il n’y a que du sable au large de Mandelieu, donc on n'abîme pas la posidonie"

L'intention du préfet des Alpes-Maritimes de faire appel ne peut pas empêcher le navire d'être exploité, car les recours ne sont pas suspensifs dans ce cadre judiciaire. En pratique, Canua Island a la liberté de naviguer et être exploité dès ce mois de décembre. Toutefois, Marc Audineau précise qu'il préfère attendre la saison estivale pour ouvrir les portes de cette île flottante.

Il ne semble pas se faire de souci pour remplir ses tables : "Plusieurs agences événementielles nous ont déjà contacté pour organiser des événements dans le cadre de rassemblements emblématiques de la Côte d’Azur comme le Festival de Cannes, le MIPTV ou encore le Grand prix de Formule 1 à Monaco". Qui seront les premiers à s'inviter sur le fameux bateau ? Réponse au printemps.

Mandelieu toujours évoqué 

Où s'installera Canua Island en avril ? Marc Audineau confie qu'il ira dans les ports favorables à son projet. Le maire de Mandelieu, Sébastien Leroy a réaffirmé sa position. "Je suis toujours favorable en l'état, si l'esprit du projet reste le même" expliquait-il en novembre dernier.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité