• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

La limitation de vitesse est abaissée de 20 km/h pour lutter contre la pollution dans les Alpes-Maritimes

6.800 camions traversent les Alpes-Maritimes chaque jour. / © France 3 Côte d'Azur
6.800 camions traversent les Alpes-Maritimes chaque jour. / © France 3 Côte d'Azur

Une nouvelle fois, la préfecture des Alpes-Maritimes prend des mesures pour lutter contre la pollution : la limitation de vitesse est abaissée de 20 km/h sur les routes du département. 

Par LC & ALH

Pour que la pollution à l'ozone ne s'accentue pas dans une situation déjà problématique, avec jusqu'à 38 degrés prévus ce jeudi 27 juin, la préfecture des Alpes-Maritimes a décidé de baisser la limitation de vitesse de 20 km/h sur tout le département des Alpes-Maritimes, sur les routes à grande circulation.
Les routes départementales sont donc pour la plupart limitées à 70 km/h et l'autoroute à 90 km/h (puisque la vitesse maximale est de 110 km/h d'ordinaire sur l'A8 dans ce département).

peu d'automobilistes respectent ces limitations

"Ce matin, j'ai pu constater que peu nombreux sont ceux qui respectent ces limitations, reconnaît Jean-Gabriel Delacroix. Interrogé le 27 juin dernier dans la matinale de France 3 Côte d'Azur/France Bleu Azur, le directeur de cabinet du préfet invite les conducteurs à faire preuve de civisme mais ne veut pas de "sanction". "Nous ne ferons que de la pédagogie", ajoute-t-il.

►La pollution de l’air à l’ozone atteint un record dans les Alpes-Maritimes ce mardi 2 juillet.

La ville de Marseille a mis en place un système de vignettes Criter avec autorisation de circulation de certains véhicules seulement. Cette mesure ne sera pas appliquée cette semaine dans les Alpes-Maritimes.  "On a déjà tout un travail à faire pour propager le recours à ces vignettes dans les Alpes-Maritimes. On n'en est pas encore là". Cela ne peut pas être mis en place chez nous, explique Jean-Gabriel Delacroix, "Trop d'automobilistes n'ont pas encore de vignette pollution, donc ça n'a pas de sens".


Une mesure mal comprise, pourtant efficace


Faute de sanction financière, les limitations de vitesse en cas de pollution sont très peu respectées. 
Une des raisons à cette attitude est le fait que les automobilistes ne veulent pas perdre de temps. S'ajoute à cela, le fait qu'ils croient moyennement à l'efficacité de cette mesure. En effet, il constatent qu'à des vitesses plus importantes, la consommation est moindre, comme l'indique les indicateurs de consommation instantanée dans les voitures actuelles. Ce qui est vrai.
En réalité, rouler à une vitesse plus importante occasionne des freinages et accélérations supplémentaires. Le même indicateur de tableau de bord le dira : ces accélérations sont très gourmandes en carburant. 
Au final, une baisse de la limitation de vitesse de 20 km/h occasionne effectivement une baisse de 20% des émissions de gaz à effet de serre selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe)

 

Une mesure inscrite dans le code de la route depuis 2001, avec des amendes pour les contrevenants

Depuis juillet 2001, l'article R411-19 du Code de la route prévoit que "pour les mesures propres à limiter l'ampleur et les effets des pointes de pollution sur la population, le préfet définit le périmètre des zones concernées, les mesures de suspension ou de restriction de la circulation". Le même préfet a l'obligation d'informer les maires concernés et la population, via deux radios ou télévisions et deux journaux de presse écrite quotidienne.
Cela se comprend quand on sait que tout dépassement de vitesse limitée pour des raisons de pollution peut être sanctionné. L'amende est de 22 euros sous sa forme minorée, 35 euros si l'automobiliste ne la règle pas tout de suite.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Label Tourisme et Handicap, état des lieux.

Les + Lus