Coronavirus - Tourisme et après-déconfinement : "Le scénario du président est l'un des pires pour notre secteur"

Le recours au chômage partiel et le report des charges ne suffiront pas pour pallier le manque d'activité. Certains établissements de la Côte d'Azur notamment pourraient ne pas s'en remettre.
Les représentants des hôteliers craignent que certains établissements ne mettent la clef sous la porte. (photo d'illustration)
Les représentants des hôteliers craignent que certains établissements ne mettent la clef sous la porte. (photo d'illustration) © Soeren Stache/MaxPPP

« Les lieux rassemblant du public, restaurants, cafés et hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacles et musées, resteront en revanche fermés à ce stade. »
Emmanuel Macron, le 13 avril 2020

Même si cela pouvait être prévisible, la phrase a sonné comme un coup de massue pour le milieu du tourisme. "Le scenario présenté par le président de la République hier soir est l'un des pires pour notre secteur", a déclaré, le lendemain sur notre antenne, Denis Cippolini, le président de la fédération Umih Nice Côte d'Azur.

Le Président a annoncé qu'on ne pourrait avoir des festivals qu'après le 15 juillet, ça veut dire que les demi-finales du Top14 n'auront pas lieu en juin, que le Tour de France n'aura pas lieu non plus -espérons qu'il soit reporté. Si c'est annulé, ce sera catastrophique !
Denis Cippolini, président de la fédération Umih Nice Côte d’Azur.

"Au mieux deux mois de trésorerie"

À l’est des Alpes-Maritimes, Benoît Borghèse, le président du Syndicat des hôteliers Menton Riviera française ne dit pas autre chose. "Pour nous, c'est une catastrophe économique. Fin février, on avait déjà souffert avec l'annulation d'une partie de la Fête du citron. Les établissements ont, au mieux, deux mois de trésorerie. On se retrouve avec des entreprises en très grande difficulté."

Dans la capitale du citron, deux à trois établissements sur la trentaine pourraient ne pas s'en remettre. "Ceux qui sont petits ou ont investit dans les 5 à 10 dernières années auront du mal. Les chaînes survivront ; les hôtels de famille de longue date survivront aussi."
 

"Il faut un plan massif"

Dans son discours du lundi 13 avril, le président de la République a promis un "plan spécifique" pour le secteur, notamment des "annulations de charges et des aides spécifiques". "Il va falloir aller au-delà du report de charges", poursuit Benoît Borghèse, "car ça ne fera que repousser les limites". "Le tourisme représente 18% [de la richesse] sur la Côte d'Azur. C'est la première industrie de notre département et il faut vraiment un plan massif", précise Denis Cippolini.
 

Le tourisme Sud-Paca en chiffres

La région Sud-Paca est riche en lieux culturels : 400 musées, 60 salles de spectacle, 2.200 monuments classés et 5 sites Unesco. Sans compter 80 festivals d'été. Le secteur touristique représente 50.000 emplois et 5% du PIB national. Soit 7 millions d'heures de travail pour 15.000 intermittents du spectacle, artistes et techniciens.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie tourisme covid-19 loisirs sorties et loisirs