Menton : la vente de cigarettes en forte augmentation avec la fermeture de la frontière avec l'Italie

La période sanitaire et les contrôles plus ou moins stricts à la frontière italienne se répercutent sur les ventes de tabac. Sur les Alpes-Maritimes, la hausse des prix du tabac et la stabilité des ventes leur permet d'afficher des revenus en hausse de 15% sur l'année 2020.

A Menton, les fumeurs achètent de nouveau leurs cigarettes dans les bureaux de tabac de la ville avec la fermeture des frontières.
A Menton, les fumeurs achètent de nouveau leurs cigarettes dans les bureaux de tabac de la ville avec la fermeture des frontières. © Alexis Sciard / MAX PPP

La région Paca est la région de France où l'on fume le plus selon une cartographie régionale du tabagisme publiée en janvier 2019 par l'agence sanitaire Santé publique France. 

Si l'on observe la proportion de fumeurs quotidiens chez les 18-75 ans, la moyenne est de :

Proportion de fumeurs quotidiens chez les 18-75 ans
Infogram

L'épidémie de Covid, deux confinements et un couvre-feu n'ont rien arrangé. Difficile dans ces conditions d'arrêter de fumer ! Dans les Alpes-Maritimes, ceux qui achetaient plusieurs cartouches à l'étranger, c'est-à-dire à quelques kilomètres à Vintimille en Italie, en sont pour leurs frais.

Acheter sa consommation en Italie fait faire de grosses économies (10 euros en moyenne pour un paquet de cigarettes en France, contre 4 en Italie) mais en cette période d'épidémie de Covid, impossible de franchir la frontière (sauf pour les travailleurs transfrontaliers), les carabiniers sont catégoriques.

J'ai essayé 3-4 fois et c'est toujours non, non, non. Du coup, on achète en France, mais le paquet augmente souvent donc là, c'est compliqué, ça commence à être très cher...

Lisa, de Beausoleil

Les carabiniers refoulent les Français qui viennent en Italie pour faire des courses.
Les carabiniers refoulent les Français qui viennent en Italie pour faire des courses. © Audrey Lalli / FTV

Hausse de 15% sur l'année 2020 dans les Alpes-Maritimes

Pour les buralistes frontaliers, la fermeture des frontières a une répercussion directe sur la vente de cigarettes. Laurent De Santis gére un bureau de tabac à Menton. 

Sur le mois de janvier, ça double par rapport à janvier de l'année dernière, ça fait rentrer des clients en plus qui consomment autre chose que du tabac, ça va beaucoup mieux, mais on sait que c'est momentané.

Laurent De Santis, gérant bureau de tabac La Civette

C'est malgré tout un chiffre bien inférieur au premier confinement.
Pendant la période allant du 17 mars au 11 mai 2020, les consommateurs de tabac ont acheté au plus près. Les buralistes, magasins restés ouverts, se frottaient les mains.

"Concernant Menton, depuis la fermeture de la frontière italienne, on a des hausses de 400 à 500% régulièrement, expliquait alors Pierre Romero, vice président des buralistes. Certains jours, on monte même à 700%. Les fumeurs achètent de nouveau sur le territoire français."

A Menton, les fumeurs ont désormais trouvé un subterfuge :  ils font appel à des amis italiens.

A Menton, un paquet sur 2 est acheté en Italie en temps ordinaire.
A Menton, un paquet sur 2 est acheté en Italie en temps ordinaire. © NICOLAS MAETERLINCK / MAX PPP

Il faut être conscient d'un truc : on est à Menton, et à Menton, on a tous un ami italien, qui va chercher la cartouche et revient.

Jean-Marc Coupery, gérant bureau de tabac La Régence

Thierry Germain, secrétaire général Fédération des buralistes 06, dresse un bilan chiffré. " Quand on fait le lissage de l'année 2020, on s'aperçoit qu'on a eu 15% d'augmentation en valeur et 0,6% en volume. S'il n'y avait pas eu ce confinement, en volume, on serait minimum à -5 et en valeur, quasi à zéro".

Dans le secteur frontalier, le constat est simple. Plus d'un paquet sur deux est acheté en Italie. Les anciennes habitudes reprendront dès la réouverture des frontières, c'est sûr !

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie italie international covid-19 santé société drogue