Un mois après les inondations, la générosité d'anonymes redonne le sourire à une famille de sinistrées de Saint-Agnès

Le scooter de Céleste a été détruit le 20 décembre, dans l'éboulement du terrain de la maison où elle vit avec sa maman. / © MAX PPP / Sebastien Botella
Le scooter de Céleste a été détruit le 20 décembre, dans l'éboulement du terrain de la maison où elle vit avec sa maman. / © MAX PPP / Sebastien Botella

Il y a un mois, Céleste et sa maman ont vu leur terrain s'effondrer. Un appel aux dons a permis à Céleste de se voir offrir un scooter. Quel est leur quotidien, un mois après les intempéries ?

Par Coralie Chaillan

Leur quotidien a basculé le 20 décembre.  Ce jour-là, des trombes d’eau s’abattent sur le village de Saint-Agnès, situé sur les collines de l’arrière-pays niçois. Céleste et sa maman ont conscience que la situation est grave.

Déjà, un mois plus tôt, les pluies étaient tombées en abondance, gorgeant d’eau les terrains situés au-dessus d’elles. Impuissantes, elles assistent à la montée des eaux, puis à l’éboulement d’une partie du terrain. Toutes deux étaient installées dans cette maison depuis un an.   

Le propriétaire de la maison a échappé à la catastrophe. Au moment où le sol s’est effondré, il s’apprêtait à entrer dans sa voiture. Une minute plus tard, la voiture été ensevelie. 

Le propriétaire s’était rendu sur place, ce jour-là, car tous redoutaient un épisode grave.

Deux jours plus tard, la géomètre, mandatée par les autorités, donne le feu vert pour que la famille réintègre les lieux. Depuis, le quotidien est devenu compliqué.

On laisse les fenêtres ouvertes toute la journée pour sécher les murs. On passe notre temps à nettoyer la moisissure. 

Malgré l’achat d’un déshumidificateur et le chauffage, c’est très compliqué car les terrains sont complètement imbibés.

Bonne nouvelle, les travaux devraient être lancés la semaine prochaine sur la départementale D22. Les travaux de la maison, en revanche, ne sont pas pour tout de suite.


Nous attendons avec impatience que l’état de catastrophe naturelle soit déclaré. 


En attendant que les questions matérielles soient réglées, la maman de Céleste avance sur la gestion du traumatisme. En tant que sinistrées, elle bénéficie d’une prise en charge psychologique grâce à son assurance habitation.

C’est très important, l’écoute ! Car vous vivez dans une angoisse perpétuelle que ça recommence. Vous regardez le météo 24h/24, en vous disant : mais s’il pleut ? Qu’est-ce qui va suivre ? 


Une jolie surprise pour Céleste


L’histoire de cette mère et de sa fille a ému sur les réseaux sociaux. Suite à l’appel à l’aide, lancé par un ami dans l'objectif de trouver des engins de déblaiement, Celeste s’est vu offrir un scooter. Entretemps, Sébastien Uscher, fondateur de Standupfortheplanet est passé par là et a lancé un appel aux dons. 

Le scooter de Céleste a été détruit dans l’éboulement. Elle n’avait plus de moyens de locomotion. Céleste est sur un petit nuage.

La maman de Céleste reste très positive et a choisi de voir le verre à moitié plein, consciente que « ça aurait pu être bien pire ».

 

Sur le même sujet

Les + Lus