Tende : un hôpital coupé du monde assure la prise en charge de 251 patients

L'hôpital de Tende (Alpes-Maritimes) assure la prise en charge des 251 patients et résidents qui étaient présents dans les deux hôpitaux du village. "60 à 70 personnes doivent être évacuées", Alexandra Valetta-Ardisson, députée (LREM) des Alpes-Maritimes.
La commune de Tende (Alpes-Maritimes), dans la vallée de la Roya.
La commune de Tende (Alpes-Maritimes), dans la vallée de la Roya. © Loïc BLACHE/FTV
Les patients de Tende vont-ils pouvoir rester à l'hôpital ? L'hôpital Saint Lazare, un grand bâtiment rose, est maintenant sur pilotis... Face à la montée des eaux, en pleine nuit, vendredi 2 octobre, les patients et le personnel médical ont dû être évacués. L'établissement a été inondé. Très vite, tous les patients et les résidents de l'Ehpad ont donc été transférés dans l'autre hôpital du village à quelques centaines de mètres qui lui, est resté opérationnel.
L'entrée du village de Tende ce lundi 5 octobre.
L'entrée du village de Tende ce lundi 5 octobre. © Coralie Chaillan - FTV
 

Plus d'électricité ni d'eau potable

Depuis ces violentes intempéries, le village de Tende se trouve totalement isolé avec l’ensemble des voies terrestres coupées, plus d’électricité ni d’eau potable et aucun moyen de communication. A Tende, 2174 habitants, il existe deux sites hospitaliers : l’hôpital local Saint Lazare, place de la résistance et le site du CHU, situé 3 avenue Jean Médecin (cf. carte).Dans un communiqué, le CHU de Nice (qui a pris la direction commune en 2019) précise : « Le CHU de Nice assure sur son site de Tende la prise en charge des 251 patients et résidents qui étaient présents dans les deux hôpitaux de Tende et déploie la cellule d’urgence médico-psychologique sur le territoire pour venir en aide aux familles des victimes et aux personnes sinistrées. »

300 personnes au sein de l’hôpital de Tende


Tous les moyens ont été mis en œuvre pour assurer la continuité des soins et la meilleure prise en charge possible des patients des deux structures. Au total, ce sont près de 300 personnes : patients et résidents, médecins, soignants et personnel administratif qui se trouvent actuellement bloqués au sein de l’hôpital de Tende. Sophie Audax, qui travaille au CHU de Tende, s'est retrouvée bloquée depuis jeudi. Elle partage son quotidien dans un journal de bord sur Facebook :La députée des Alpes-Maritimes, Alexandra Valetta-Ardisson s'est rendue sur place dimanche 4 octobre. Elle a pu constater que les équipes restaient motivées :

Le réfectoire a été transformé en lieu d’accueil. L’électricité est en train d’être rétablie. Les groupes électrogènes ont fonctionné. Bien évidemment, on s’occupe d’eux mais il va falloir libérer de la place, 60 à 70 personnes doivent être évacuées vers Nice. Le problème c’est l’eau potable… en partie résolu avec l’acheminement de bouteilles d'eau. Dans un hôpital, l’hygiène est quand même très importante. On va essayer de récupérer de l’eau avec un système de bâches extérieures. La priorité reste la dignité de tous.

Alexandra Valetta-Ardisson, députée (LREM) des Alpes-Maritimes

Médicaments acheminés par hélicoptère

Une évacuation sanitaire des malades a été demandée. Vu l'état des routes, elle ne pourra s'effectuer que dans les airs. Mais les patients de l'Ehpad sont âgés et "assez dépendants", souligne la députée. Il faudra donc prévoir un accompagnant par personne âgée dans l'hélicoptère. Cela signifie beaucoup de rotations aériennes. Actuellement, les médicaments sont acheminés par hélicoptère également, le personnel monte aussi dans l'appareil pour prendre le relais des soignants bloqués depuis vendredi.

Breil-sur-Roya servirait de base aérienne

Concrètement, Alexandra Valetta-Ardisson précise que Breil-sur-Roya, désormais accessible par la route, servirait de base aérienne pour Tende. Les camions partiront de Menton jusqu'à Breil, puis les vivres et le matériel seront transférés dans les hélicoptères. Ainsi, les rotations entre les deux villages seront plus courtes. Mais ce pont aérien risque de durer longtemps, au moins "plusieurs mois". La ligne ferroviaire, longtemps menacée de fermeture, pourrait être la nouvelle "ligne de vie" du village. Car celle-ci aurait plutôt bien résisté aux intempéries.

Relève médicale et paramédicale


Un cadre du CHU s’est rendu sur place par hélicoptère afin d’assurer la gestion de crise avec l’équipe médicale présente sur le site et les autorités locales. Grâce à l’aide des moyens de l’Etat, un poste sanitaire mobile, un ravitaillement en eau potable et des médicaments complémentaires ont été acheminés sur place ce dimanche.

Le directeur général du CHU se rendra dans les prochainement à Tende en fonction de la disponibilité des moyens héliportés, ceux-ci étant prioritairement consacrés au transport sanitaire et à l’acheminement de la relève médicale et paramédicale.

Système de messagerie


Alexandra Valetta-Ardisson a aussi créé un système de messagerie dans le village pour informer les familles et donner des nouvelles aux proches. Face à cet isolement, certains s'organisent aussi en laissant des messages notamment sur le groupe Facebook : "Tu sais que tu es tendasque quand..."
Sur Twitter également, les proches des habitants font part de leur angoisse et de leur joie lorsqu'ils obtiennent (enfin !) des nouvelles : 

Missions de pont aérien

Les pompiers des Alpes-Maritimes précisent que 12 hélicoptères sont toujours présents dans le département. Ils participent également aux missions du pont aérien concernant le ravitaillement des personnes indemnes et enclavées. Trois villages sont toujours sans accès : Fontan, Saorge et Tende. Le travail de recherche se poursuit, tout comme le déblaiement pour tenter de rétablir les voies d'accès et les évacuations de personnes isolées.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vallée de la roya nature intempéries météo santé société inondations