Trois ans après la tempête Alex, l'association Mission trekkeurs publie un livre sur son bénévolat dans la Roya

Au lendemain de la tempête Alex, des centaines (voire milliers ?) de personnes ont voulu venir en aide aux habitants sinistrés pour ravitailler ou aider à désenclaver un lieu. Trois ans après, certains sont toujours là. L'association Mission trekkeurs retrace dans un livre cet engagement à travers plusieurs de ses missions de reconstruction.

Du chaos est née une véritable entraide. C'est sans doute l'une des leçons les plus positives que la tempête Alex a engendré après avoir ravagé la vallée de la Roya ( Alpes-Maritimes) dans la nuit du 2 au 3 octobre 2020.

Devant les images des dégâts considérables - les plus importants depuis la seconde Guerre mondiale-, de nombreux habitants, du département ou d'ailleurs, connaisseurs ou pas des vallées maralpines, se sont organisés pour aider les sinistrés.

Des trekkeurs autonomes

Après trois ans d'entraide et de chantiers bénévoles de reconstruction, Martial Lyonnais, le président de l' association Mission Trekkeurs, a voulu coucher cette expérience sur papier. Avec Anne-Laure Carrega, la vice-présidente de l'association, ils sortent un livre "La tempête Alex, 'prise d'asso'" (1).

400 pages durant lesquels les deux associatifs retracent principalement la première année d'activité de Mission trekkeurs, à travers 36 missions. Un récit qui permet de se plonger dans le quotidien de ces hommes et de ces femmes anonymes, accompagné de pas moins de 700 photos.

" J'ai eu l'idée il y a 1,5 ans et demi", retrace Martial Lyonnais, le cofondateur de l'association. " Mission Trekkeurs a beaucoup touché ma personnalité et j'ai voulu 'fossiliser' ces trois années d'aventures."

Dans ce récit, mission après mission, le sapeur-pompier volontaire dans le Var, qui ne connaissait pas vraiment la vallée de la Roya avant la tempête, raconte comment tout s'est mis en branle. De la recherche de bénévoles (" des trekkeurs en autonomie") aux premières treks pour rejoindre les villages alors coupés du monde, en passant par l'installation d'une base arrière à Sospel (chez Anne-Laure Carrega).

Dans le livre, on raconte ces missions comme elles ont été vécues, avec les émotions que nous avons ressenties et de nombreuses photos.

Martial Lyonnais

" Au total, j'ai pris plus de 50.000 photos et vidéos", comptabilise Martial Lyonnais. " Quand j'avais un doute sur une mission, je me replongeais dans ces fichiers et je me souvenais."

Première mission

La première mission a lieu les 10 et 11 octobre, soit une semaine après le passage d'Alex. 42 trekkeurs répondent à l'appel. " C'était des cordistes, des banquiers, des pompiers, des gendarmes, des militaires... Tous des passionnés de la montagne équipés pour pouvoir tenir plusieurs jours en bivouac", détaille Martial Lyonnais.

Les trekkeurs sont tous en autonomie totale pour se nourrir et dormir. [Ils] sont expérimentés, habitués à porter sur leur dos des charges lourdes. [...] Tous n’ont qu’un seul but : [...] ravitailler le plus de maisons possibles. Les sacs remplis sont énormes, dix sept kilos de moyenne [...].

Extrait du livre "La tempête Alex, 'prise d'asso'"

Objectif, " ravitailler à dos d’hommes, par le peu d'itinéraires restés accessibles, ou hors sentier les habitations qui se sont retrouvées enclavées".

La route principale est coupée à plusieurs endroits. Le goudron a disparu, emporté par les eaux en furie.

Des inscriptions sur le sol apparaissent : S.O.S

Des lettres tracées par les habitants des berges de la rivière, seul moyen de communiquer pour se signaler aux secours aériens et espérer une aide héliportée.

Plus loin en bord de route, un homme s'éreinte à tirer un big bag au moyen d'une tyrolienne lancée au-dessus des flots agités et encore boueux. Il essaie de rapatrier les affaires d'une maison éventrée par la tempête, sur l'autre rive. On aperçoit la bâtisse. Elle est coupée en deux. Il est cardiaque, nous apprend-il. Immédiatement, Mission Trekkeurs dépêche ses cordistes et ses pompiers pour le remplacer. Ils se positionnent autour de la tyrolienne de fortune.

En quelques minutes, le sac fait des allers-retours et nous chargeons les souvenirs de cette famille dans sa camionnette.

Extrait du livre "La tempête Alex, 'prise d'asso'"

Le week-end d'après, les trekkeurs font plusieurs heures de marche, parfois sur un chemin périlleux, pour atteindre Tende. Sur place, ils essuieront quelques refus avant que leur aide ne soit acceptée. Ils commencent alors à nettoyer la route et les trottoirs.

Cela pouvait sembler dérisoire et sans caractère d’urgence mais pour les sinistrés, retrouver des trottoirs propres et accessibles et voir toute cette aide extérieure est capital pour se relever.

Extrait du livre "La tempête Alex, 'prise d'asso'"

Anne-Laure Carrega a fait partie de l'aventure dès le début, malgré le fait qu'elle a, elle aussi, été sinistrée. " À la première mission, je me suis dit 'Dans quoi je m'embarque ?'. Ça a été pour moi le démarrage de quelque chose de nouveau", se souvient-elle.

20.000 heures de travail

Au total, Mission trekkeurs comptabilise 58 missions et 1.445 bénévoles pour environ 20.000 heures de travail. De quoi créer de nouveaux liens.

On a développé des amitiés avec des bénévoles et des sinistrés. Je suis devenue amie avec des gens que je ne connaissais pas et je sais que je pourrais compter sur eux et eux sur moi.

Anne-Laure Carrega

Il faut dire que les missions réalisées (" Qui va aller remonter un captage d'eau en cuissardes à part des bénévoles ?", plaisante Anne-Laure Carrega) et le sentiment d'appartenir à un groupe y contribuent fortement.

À l'été 2021, nous avions suivi ces bénévoles pendant plusieurs jours :

" On aide, on fait plaisir, mais on se fait aussi plaisir à soi", poursuit Anne-Laure Carrega, qui est secrétaire générale dans un hôtel des ventes aux enchères. " Ce livre, c'est pour garder une trace de tout ce qui a été fait par les bénévoles."

Trois ans de chantiers, c'est assez unique ! Le raconter peut susciter d'autres vocations de bénévole. On se plaint parfois de la nature humaine, mais il y a aussi de belles initiatives !

Anne-Laure Carrega

" La suite", termine Martial Lyonnais, " c'est d'aller aider ailleurs en France et à l'étranger. On a des projets de mission en Vésubie suite à la tempête Aline, dans la Roya sur la sensibilisation aux risques climatiques et au Maroc. "

---------------------------

(1)"La tempête Alex, 'prise d'asso'", éditions du Cabri, en précommande ici. Les auteurs seront présents les 2 et 3 décembre 2023 à Breil-sur-Roya pour des dédicaces.

L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité