• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Affaire Legay Nice: la charge policière était disproportionnée et les gendarmes ont refusé de participer selon Médiapart

Geneviève Legay a été blessée le 23 mars dernier à Nice lors d'une charge policière. / © EPA/MAXPPP
Geneviève Legay a été blessée le 23 mars dernier à Nice lors d'une charge policière. / © EPA/MAXPPP

Le site d'actualité en ligne Médiapart, dans un article publié ce lundi 24 juin, revient sur l'affaire Legay, du nom de cette septuagénaire blessée lors d'une charge policière le 23 mars dernier à Nice. Il évoque un rapport, faisant état du refus de la gendarmerie de participer à cette charge.

Par Catherine Lioult

Médiapart, site d'information en ligne, dans un article de Pascale Pascariello de ce lundi 24 juin, revient sur l'affaire Legay et les circonstances dans lesquelles la militante d'Attac de 73 ans a été blessée par une charge policière lors d'une manifestation des Gilets jaunes, le 23 mars dernier à Nice.
Il met en avant un rapport qui pourrait peser lourd dans l'instruction de ce dossier.
 

Un désaccord sur le dispositif


Selon l'article, un rapport de la gendarmerie en date du 25 mars, soit deux jours après l'accident de Geneviève Legay, revient sur les circonstances de la charge. Le capitaine de la gendarmerie aurait refusé d'engager son escadron, soit 70 hommes, estimant que la charge décidée par le commissaire Rabah Souchi, responsable des opérations était "disproportionnée" face à "une foule calme" c'est-à-dire des manifestants calmes ne présentant aucun signe d'hostilité envers les forces de l'ordre, et en l'absence de dégradation à déplorer. Geneviève Legay ne se souvient plus bien des circonstances de sa chute, mais dans une interview accordée aux journalistes de France 3 Côte d'Azur,  Henri Migout et Eric Jacquet, elle se dit rassurée par l'existence de ce rapport.
  
Réaction de G.Legay au rapport de Médiapart
La septuagénaire a été blessée lors d'une manifestation des Gilets Jaunes à Nice le 23 mars dernier.


Un général de gendarmerie consulté


L'article met en avant l'expertise du général de gendarmerie Bertrand Cavallier, ancien commandant du Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier. Contacté par Médiapart, il explique que le contact avec les manifestants et le recours à la force constituent l'ultime réponse et que "le libre arbitre est primordial et c'est la raison pour laquelle il existe le devoir de désobéir". 
 

À Nice, ce devoir de désobéir a été exercé par le capitaine qui commandait l’escadron malgré la pression. Il a fait preuve de courage intellectuel et d’esprit de responsabilité en ne participant pas aux opérations décidées par le commissaire. Cette décision a été fondée  puisque, hélas, cet usage de la force s’est avéré disproportionné, puisque la charge a causé des blessures graves sur une manifestante qui n’était pas du tout agressive


développe t-il.


Une plainte pour dissimulation de preuve


Jointe par téléphone, l'un des conseils de Geneviève Legay, Mireille Damiano, n'a pas connaissance pour l'heure de ce rapport qui confirme, dit-elle, la réalité des faits. Arié Alimi, autre avocat de la septuagénaire, ne cache pas sa surprise. Il affirme par téléphone que ce rapport n'est pas dans le dossier de l'instruction et annonce qu'il compte porter plainte pour dissimulation de preuve. Il y a, dit-il, dans ce dossier une "succession de comportements qui interroge dans cette instruction".   


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Réaction de G.Legay au rapport de Médiapart

Les + Lus