Affaire Veyrac: mis en examen, un ex paparazzi donne sa version via son avocat

La riche hôtelière avait déjà été victime en 2013 d’une tentative d’enlèvement, là aussi devant son garage. / © MaxPPP
La riche hôtelière avait déjà été victime en 2013 d’une tentative d’enlèvement, là aussi devant son garage. / © MaxPPP

Seize personnes sont mises en examen dans le rapt de Jacqueline Veyrac, une femme d'affaire enlevée le 24 octobre 2016 devant son domicile à Nice. Un homme a été remis en  liberté sous contrôle judiciaire et il clame son innocence par l'intermédiaire de son avocat maître Adrien Verrier. 

Par Catherine Lioult

Jacqueline Veyrac est enlevée à Nice le 24 octobre 2016 devant son domicile.
La femme d'affaires de 76 ans est propriétaire du Grand Hôtel à Cannes et du restaurant niçois La Réserve. Elle est ligotée à l'intérieur d'un véhicule utilitaire, garé sur les hauteurs de la ville.
Très vite, la justice trouve un mobile et procède à des arrestations. Elle soupçonne l'ex gérant du restaurant la Réserve, entre 2007 et 2009, Giuseppe Serena, d'être le commanditaire de l'enlèvement par esprit de vengeance. Il sera mis en examen avec d'autres personnes soupçonnées de l'avoir aidé.

Affaire Veyrac: mis en examen, un ex paparazzi donne sa version via son avocat
En tant que paparazzi on le surnommait Tintin, il est aujourd'hui mis en examen pour enlèvement et séquestration dans l'affaire Veyrac. Remis en liberté en début de semaine mais toujours placé sous contrôle judiciaire, il tenait un point presse le 9 novembre.  - BECQ Coralie, ROCHE Frederic et ESPANOL Céline

Tintin donne sa version des faits



Tintin ( nom que lui donnait le reste de l'équipe) a été incarcéré, mais il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire. L'ex paparazzi est soupçonné d'avoir préparé le rapt de la victime mais il crie à la manipulation. La justice lui reproche d'avoir joué un rôle opérationnel en plaçant des balises sous le véhicule de Jacqueline Veyrac.
S'il a effectivement posé des balises sous un véhicule, à aucun moment il n'a pu savoir si cette balise était destinée ou non à un enlèvement explique maître Adrien Verrier, son avocat.
Il est mis en cause dans une association de malfaiteurs dans laquelle il a été instrumentalisé. Il veut laver son honneur finit-il.
Les auteurs présumés de ce rapt encourent la cour d'assises.

A lire aussi

Sur le même sujet

Journée de mobilisation à Marseille

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne