Assassinat d'Hélène Pastor : la Cour de cassation rejette le pourvoi de Wojciech Janowski, le gendre condamné à perpétuité

La Cour de cassation a rejeté, mercredi 21 juin, le pourvoi formé par Wojciech Janowski contre sa condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité. Il avait été reconnu coupable, en première instance comme en appel, de l'assassinat en 2014 de sa belle-mère Hélène Pastor, milliardaire monégasque, et de son chauffeur.

Le pourvoi en cassation de Wojciech Janowski contre sa condamnation à la perpétuité a été rejeté, mercredi 21 juin. La Cour de cassation a confirmé la peine prononcée à l'encontre de l'ex-consul honoraire de Pologne à Monaco par la cour d'assises d'appel des Bouches-du-Rhône.

Le Polonais de 74 ans avait reconnu coupable d'avoir commandité en 2014 l'assassinat de sa belle-mère, la milliardaire monégasque Hélène Pastor, et de son chauffeur Mohamed Darwich.

Les faits

Le 6 mai 2014, Hélène Pastor, 77 ans et héritière d'une famille italienne de bâtisseurs installée à Monaco, est touchée par balle devant l'hôpital L'Archet à Nice, alors qu'elle rendait visite à son fils Guido, victime d'accident vasculaire cérébral.

Le tireur embusqué, soutenu par un complice faisant le guet, ouvre le feu à deux reprises, touchant aussi le chauffeur égyptien de la milliardaire, Mohamed Darwich. Celui-ci meurt de ses blessures à l'hôpital Saint-Roch le 10 mai. Hélène Pastor s'éteint le 21 mai dans le même établissement, après 15 jours d'agonie.

Les suspects

Les enquêteurs n'ont pas grand mal à identifier le tueur présumé et son complice, Samine Saïd Ahmed et Al-Haïr Hamadi, deux Marseillais d'origine comorienne qui ont œuvré à visage découvert. Le parcours des deux individus, de la cité phocéenne à l'hôpital niçois, est retracé par la vidéosurveillance et corroboré par des traces d'ADN laissées à l'hôtel de Nice où ils sont descendus.

Identifier le mobile et le commanditaire a été plus fastidieux. La police judiciaire a analysé près de 3,5 millions d'appels afin de confondre Wojciech Janowski, gendre d'Hélène Pastor et compagnon de sa fille Sylvia. Le couple recevait près de 500.000 euros chaque mois de la milliardaire, mais l'homme d'affaires, aux abois après des investissements douteux dans une raffinerie de pétrole en Pologne en 2011, aurait décidé d'éliminer sa belle-mère pour s'approprier une partie de son héritage.

Un mois après les faits, Pascal Dauriac, coach sportif de wojciech Janowski, avoue avoir joué le rôle d'intermédiaire entre son employeur et les deux malfaiteurs présumés, contre une somme de 140.000 euros.

Un premier procès

Wojciech Janowski fait plusieurs volte-face dans ce dossier, avouant au début de l'enquête être le commanditaire avant de se rétracter ensuite, invoquant des erreurs de traduction.

Dix personnes sont renvoyées devant les assises des Bouches-du-Rhône, dont six pour assassinat, complicité d'assassinat ou association de malfaiteurs. Lors de ce premier procès, qui s'ouvre à Aix-en-Provence le lundi 17 septembre 2018, Wojciech Janowski plaide coupable et est notamment représenté par Éric Dupont-Moretti, l'actuel ministre de la Justice.

Au terme de cette première instance, le 17 octobre 2018, Wojciech Janowski est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Le tireur présumé Samine Saïd Ahmed et le guetteur Al-Haïr Hamadi écopent de la même sanction. La cour d'assises d'Aix-en-Provence prononce une peine de 30 ans de réclusion criminelle à l'encontre de Pascal Dauriac.

Abdelkader Belkhatir, beau-frère de Pascal Dauriac et intermédiaire lui aussi, est condamné à 15 ans de prison. Le fournisseur des munitions, Salim Youssouf, se voit attribuer une peine de 12 ans. Les magistrats prononcent des peines de 2 ans pour Francis Pointu, déclaré coupable de faux témoignage pour innocenter Wojciech Janowski, et de 6 mois pour Katarzyna Janowska, nièce du principal accusé, pour l'introduction de courrier en maison d'arrêt.

Enfin, deux accusés proches du guetteur présumé, Anthony Colomb et Omer Lohoré, sont acquittés. Le parquet décide d'interjeter appel contre l'acquittement de ce dernier. Les quatre accusés condamnés aux plus fortes peines font aussi appel.

Le procès en appel

Reporté deux fois de suite pour cause de Covid en mars, puis novembre 2020, le procès en appel des dix accusés s'ouvre enfin le lundi 18 octobre 2021 à Aix-en-Provence. Trois ans jour pour jour après le premier verdict. Wojciech Janowski plaide cette fois non-coupable.

Les peines de prison à perpétuité de l'homme d'affaires, de Samine Saïd Ahmed et Al-Haïr Hamadi sont confirmées par la cour d'appel lors de son verdict, prononcé le 12 novembre. Pascal Dauriac voit sa peine allégée et écope de 22 ans de réclusion. Omer Lohoré, acquitté en première instance, est cette fois condamné à 6 ans de prison.

Quatre pourvois en cassation

Wojciech Janowski, Samine Saïd Ahmed, Al-Haïr Hamadi et Omer Lohoré avaient chacun formé des recours devant la Cour de cassation. Ces quatre pourvois ont donc tous été écartés par la plus haute juridiction de l'ordre judiciaire en France ce mercredi 21 juin.

L'affaire sera-t-elle portée devant la cour européenne des droits de l'Homme ? "Il n'y a pas une seule preuve que je suis coupable. Rien ! arguait Wojciech Janowski en 2018. Si je suis condamné, on va aller à Strasbourg !"

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité