• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Assassinat maquillé en suicide à Eze : le couple condamné à 25 ans de prison

Le verdict est attendu ce lundi. / © France 3 Côte d'Azur.
Le verdict est attendu ce lundi. / © France 3 Côte d'Azur.

Le verdict est tombé : le couple accusé d'avoir assassiné Drost Notthof, un ressortissant allemand de 50 ans retrouvé pendu chez lui à Eze est condamné à 25 ans de réclusion criminelle. C'est moins que ce qu'avait requis l''avocat général qui demandait une peine de trente ans de réclusion. 

Par Catherine Lioult

25 ans de réclusion criminelle : c'est donc le verdict de la cour d'assises des Alpes-Maritimes. 

Georges Pierru, Français né en 1966, et Grit Bergmann, une Allemande née en 1970, ancienne compagne de la victime sont donc reconnus coupables de la mort de Drost Notthoff, un ressortissant allemand, retrouvé pendu à son domicile à Èze, un assassinat maquillé en suicide.
 


La corde qui a servi à pendre Drost Notthoff, 48 ans, torse nu, dans le salon de sa villa des Alpes-Maritimes le 26 septembre 2011, avait été achetée quelques jours auparavant dans la région de Carcassonne, de même que des gants et la barre à mine avec laquelle il a été en réalité étranglé la veille.

Les accusés aujourd'hui en instance de divorce, avaient changé plusieurs fois de version. Les enquêteurs avaient mis en évidence qu'à l'époque du crime, ils avaient fait un aller-retour entre l'Aude où ils étaient domiciliés et la Côte d'Azur, et ce avec un véhicule équipé de fausses plaques d'immatriculation. La découverte d'une lettre dans laquelle la victime 48 ans léguait toute sa fortune à son ex-compagne Grit Bergmann  n'avait rien arrangé.

L'avocat général Clotilde Ledru-Tinseau  avait requis un peu plus tôt 30 ans de réclusion pour le couple.
 

 

"Il est mort parce qu'elle entendait lui soutirer encore de l'argent", a ajouté Mme Ledru-Tinseau.


Les jurés ont tranché. Aujourd'hui en instance de divorce, le couple s'est déchiré sur sa version des faits: "Chacun essaie de remettre la faute sur l'autre", a observé Me Marion Combes, avocate du demi-frère de la victime, qui a insisté dans sa plaidoirie sur le "comportement assez machiavélique des accusés". - Avec AFP
 

A lire aussi

Sur le même sujet

P. Allemand, conseiller municipal PS à Nice(06)

Les + Lus