Attaque au couteau à Nice : “j’ai foncé en direction de l’assaillant, je n’ai pas réfléchi” raconte une paroissienne

Publié le Mis à jour le

Un homme visiblement "déséquilibré" et victime de troubles psychiatriques a agressé ce 24 avril au couteau un prêtre dans l'église Saint-Pierre-d'Arène de Nice, le blessant grièvement au thorax. Des paroissiens sont immédiatement intervenus. L'un d'eux nous raconte ce qui s'est passé.

Comme à son habitude, Hélène France se présente une demi-heure avant le début de la messe pour préparer sa lecture pour la cérémonie dominicale. S'apprêtant à entrer dans l’église, elle entend crier : “N’entrez pas ! Il y a une attaque !”

Sans réfléchir, son premier reflexe est au contraire, de foncer.  

Je n’ai pas réfléchi. Dans ces moments-là, je m’en rends compte aujourd’hui, on ne pense pas. On se retrouve dans un état d'hypervigilance et il n’y a pas de place pour la peur.

Hélène France, paroissienne et journaliste à France 3

Instinctivement, Hélène cherche quelque chose qui pourrait l'aider dans son geste. Un objet d’art en fer, long, pointu se trouve alors à sa portée.

Elle l’attrape et se dirige vers l’assaillant. Au même moment, la police intervient, la stoppe dans son élan et neutralise l’auteur de l’agression.

Aux côtés d’Hélène, un autre paroissien, un étudiant prénommé Gaultier, est lui aussi intervenu. 

“Les paroissiens n’ont pas eu peur. Et ne se sont pas enfuis”. A l’heure où les fidèles étaient réunis par la cellule psychologique, le père Gil Florini expliquait à la presse : “une paroissienne a même saisi un chandelier et foncé sur l’auteur présumé de l’agression”. 

C’est la troisième fois que nous avons des soucis de cet ordre-là. Mais je ne vais pas demander davantage de sécurité. Je crois qu’une église est un lieu où chacun peut entrer et sortir librement.

Père Gil Florini, curé-doyen de Saint-Pierre-d’Arène

À la question : souhaitez-vous plus de sécurité autour de votre église ?

Le père Gil Florini répond par la négative. Selon lui, la police fait son travail et le fait très bien.  "Ce serait dangereux de faire croire aux gens, qu’ils sont toujours en danger." Avant de préciser : "l’église est toujours ouverte, de 8h à 20h, quoi qu’il advienne".

Ce dimanche soir, Hélène France nous a avoué être encore sous le choc de cette journée. Il lui a ensuite fallu participer aux reconstitutions et déposer plainte.  

Quelques heures après cette attaque au couteau dans un lieu Saint, la paroissienne ne semble toujours pas réaliser le risque encouru.

Une église déjà théâtre d'une agression

En 2017, la messe de Pâques avait dans cette même église été perturbée, une partie de l'église Saint-Pierre d'Arène du centre-ville de Nice avait été évacuée au cours de la célébration après qu'un individu au comportement menaçant ait fait irruption dans les lieux.

Quelques années auparavant, une personne avait tenté de mettre le feu à l'autel. 

Lors de l'attentat de la Promenade des Anglais le 14 juillet 2016, l'édifice avait accueilli toute la nuit près d’une centaine de personnes. L'église Saint-Pierre-d'Arène n'était pas très éloignée du lieu du drame.