Un calendrier d'artisans du Var "mis à poil" dévoilé ce vendredi à Montauroux

Ils ont rouvert leurs commerces et repris leur activité en respectant le protocole sanitaire mais les commerçants de Montauroux, dans le Var, ont souffert du second confinement. Pour protester, ils ont pris la pose, nus, dans un calendrier imprimé à 5 000 exemplaires.
Initié dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur par la photographe Lucile Hamiot, le mouvement national a pris de l’ampleur. Début novembre, des photos d'artisans et de commerçants posant nu ont commencé à envahir les réseaux sociaux. Leur slogan : " quitte à être mis à poil par le gouvernement, je préfère le faire moi-même." Dans le Var et les Alpes-Maritimes, Lucile Hamiot, photographe depuis 10 ans parle "d'un véritable coup de massue" pour les commerçants et les artisans suite au second confinement. En mars, elle avait vu la saison des baptêmes et des mariages annulée. La photographe a perdu 65% de son chiffre d'affaires depuis le début de la crise sanitaire. 

C'est injuste. On avait mis en place des mesures sanitaires après le déconfinement, les commerçants faisaient au mieux pour appliquer les gestes barrières. Dans mon studio photo, je recevais uniquement des personnes seules ou des familles et je faisais très attention. Il y avait même un espace salle de bain pour se laver les mains.

Lucile Hamiot, photographe
 

5000 exemplaires

Un calendrier façon "Dieux du stade" pour aider à faire face aux échéances. Les bénéfices seront reversés sous forme de chèque-cadeaux pour promouvoir l'achat local et garantir une économie circulaire. Douze commerçants ont été sélectionnés et photographiés par Lucile Hamiot. 
5000 calendriers ont été imprimés pour l’instant. L’opération va durer trois semaines jusqu’au 21 décembre et une tombola sera alors tirée avec des bons d’achat de 50 euros offerts pour dépenser chez les petits commerçants partenaires.

En tant que prestataire de services, je n'ai rien à proposer en clic and collect avec les initiatives locales. J'essaye de mettre en vente sur les réseaux sociaux des bons cadeaux mais ma profession ne fonctionne pas via des systèmes comme ceux-là.

Lucile Hamiot, photographe

Les initiatives locales mises en place par les municipalités sont nécessaires mais n'apportent pas des éléments de réponses suffisants aux difficultés rencontrées par l'ensemble des coeurs de métier impactés par la crise sanitaire. 

A Théoule-sur-Mer : "un combat plus symbolique que politique" 

Jenny Serantoni est photographe à Théoule-sur-Mer, depuis huit ans. Inspirée par le projet des artisans et commerçants posant nu, elle a décidé de reprendre l'idée pour son joli village en la détournant à sa façon : "Quitte à être mise à poil par la Covid, je préfère le faire moi-même."

Je voulais donner une dimension uniquement symbolique au mouvement. Personnellement, je pense que le gouvernement fait au mieux. Dans mes photos, ce n'est pas la mise à nue économique que je montre, je mets uniquement en lumière le fait que nous soyons tous démunis et qu'il faut être solidaire. 

Jenny Serantoni, photographe

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société covid-19 économie