Comment les étudiants de Nice vivent le confinement

Ces étudiants respectent les gestes barrière lors de leurs sorties. / © Daniel Gerner / France Télévisions
Ces étudiants respectent les gestes barrière lors de leurs sorties. / © Daniel Gerner / France Télévisions

Dans la plus grande cité universitaire des Alpes-Maritimes, le temps passe lentement pour les étudiants qui n'ont pas la chance d'avoir rejoint leur famille.

Par Olivier Orsini édité par Laurent Verdi

Une discussion en triangle, chaque étudiant reste à plus d'un mètre de l'autre. La distanciation sociale s'applique aussi dans les cité universitaires, pas évident quand on a l'habitude de circuler de chambre en chambre. 

Sabri Manaï est étudiant à l'IAE de Nice. Il occupe une chambre à la cité universitaire Jean Médecin :  "C'est dur à vitre psychologiquement. Les premiers jours, on est chez soi, on ne bouge pas, et un moment donné on se rend compte qu'on ne va plus à la fac, qu'on n'a plus d'interaction sociale... on voit pas beaucoup de monde et ça rend fou".
 

Cette cité universitaire est la plus grande de la Côte d'Azur, elle compte 350 chambres de 9 m2 avec WC et cuisine en commun, sur le palier. "On s'adapte mais c'est brai que rester là dedans c'est compliqué. Moi j'ai peur, quand je pousse une porte... nottament la cuisine collective aussi, ça fait un petit peu peur" raconte Benoit Sorre, étudiant en Licence 3.
 
 

Moins de la moitié des étudiants présents


Les Alpes-Maritimes et le Var comptent 18 résidences universitaires soit près des 4800 lits. En cette période de confinement, leur taux d'occupation est de 42%. Beaucoup d'étudiants ont pu rejoindre leur famille le temps du confinement. 
 
Une cuisine commune de la cité universitaire Jean Médecin à Nice. / © Daniel Gerner / France Télévisions
Une cuisine commune de la cité universitaire Jean Médecin à Nice. / © Daniel Gerner / France Télévisions

Il n'y a pour l'instant que deux cas suspects de Covid-19 chez les étudiants de la Côte d'Azur : "Le Crous leur a apporté des médicaments, des courses et ils sont suivi par le service universitaire de médecine professionnelle" précise Mireille Barral, directrice général Crous Nice-Toulon.

Les médecins peuvent aussi se déplacer et pour lutter contre la solitude, les étudiants peuvent aussi bénéficier de séances de méditations par Internet et de consultations psychologiques.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus