"Le courage est revenu" : Anne Murris a remis au Premier ministre son projet de mémorial des victimes des attentats

Le projet du "Mémorial-Musée" est né un an après l'attentat du 14 juillet 2016 de Nice, porté par une association de victimes. Depuis, il n'a guère avancé. La présidente de l'association "Mémorial des Anges" Anne Murris a tenu à le relancer en rencontrant Jean Castex.

Anne Murris, sur le plateau du journal de France 3 Côte d'Azur, le 30 octobre 2020. Elle réagissait à l'attentat de la basilique Notre-Dame à Nice.
Anne Murris, sur le plateau du journal de France 3 Côte d'Azur, le 30 octobre 2020. Elle réagissait à l'attentat de la basilique Notre-Dame à Nice. © FTV

Après l'attentat du 14 juillet à Nice, elle était devenue un visage familier. Anne Murris est la maman de Camille décédée lors de cette terrible attaque.
Un an après le drame, elle a l’idée de créer un "centre de la mémoire et de lutte contre la radicalisation" pour les victimes du terrorisme, celles tombées sur le sol français et les victimes françaises à l’étranger.
Inspiré du Mémorial du 11 septembre à New-York ou du musée Yad Vashem à Jérusalem, ce « Mémorial-Musée » aurait pour mission de perpétuer la mémoire des victimes et de mener un combat pour la défense de valeurs universelles.

Le Premier ministre Jean Castex lors de son arrivée, le 7 novembre 2020,  à la cérémonie de l’hommage national aux trois victimes de l'attaque de la basilique Notre-Dame de Nice.
Le Premier ministre Jean Castex lors de son arrivée, le 7 novembre 2020, à la cérémonie de l’hommage national aux trois victimes de l'attaque de la basilique Notre-Dame de Nice. © Valery Hache / AFP

L’association « Mémorial des Anges » est créée pour permettre de structurer le projet dont l'objectif est le devoir de mémoire autour des attentats, la lutte contre la radicalisation et la défense des valeurs républicaines et démocratiques.

Anne Murris souhaiterait que le monument puisse ressembler au bâtiment de la Jetée-Promenade. Cette jetée sur pilotis, construite en 1882, était située en face de l’actuel Jardin Albert 1er.

Reconstruire une digue au nom de la mémoire des victimes constituerait un symbole fort pour l’histoire nationale, car la structure avait été démantelée en janvier 1944 par l’armée allemande. Selon Anne Murris, sa silhouette manque dans la baie de Nice.

La présence de ce mémorial au-dessus de l’eau, symbole fort présent dans toutes les religions, pourrait évoquer une main tendue vers l’autre rive de la Méditerranée car le bassin méditerranéen, berceau des civilisations, est devenu d'après elle un "berceau de conflits".

 

En 2018, Emmanuel Macron annonce un mémorial à Paris

Les membres d’un « comité mémoriel » réfléchissent à la création d’un musée à Paris en mémoire des victimes touchées par les attentats en France. Il pourrait être installé dans l'ancien palais de justice de Paris, sur l'île de la Cité. Le projet est placé sous l'égide de la délégation interministérielle d'aide aux victimes.

Je suis stupéfaite par l'annonce qui a été faite, blessée aussi.

Anne Murris avait dénoncé alors la similitude des projets : "il n'est ni plus ni moins que celui que nous portons avec notre association "Mémorial des anges" depuis 18 mois. Sur 15 points développés, 9 sont identiques".

Même si le projet a le soutien de la municipalité, «il est difficile de faire entendre sa parole... on vous regarde souvent comme si vous n’avez pas de légitimité». Mais elle peut compter sur les membres fondateurs de l'association : le père de sa fille, son ami, Marek Andrieu et Cindy Pellegrini, qui a perdu six membres de sa famille lors de l’attentat.

"N'aie pas peur"

Durant l’année qui vient de s'écouler, les soucis personnels n'ont pas épargné Anne Murris. Mais lorsqu’elle prend connaissance de l’attaque de la basilique Notre-Dame à Nice, après la tristesse et la souffrance, une force intérieure se réveille en elle. Elle veut relancer le projet, car il ne s'agit pas uniquement de mémoire.
Dans le "Mémorial-Musée" elle imagine un centre de documentation avec une forte vocation pédagogique. Objectif : faire de la prévention de la radicalisation et du terrorisme.

Bien entendu, elle est invitée à l'hommage national rendu aux trois victimes de ce dernier attentat. Il est organisé dans le parc de la colline du Château et présidé par le Premier ministre.
 

Ce sont des moments très importants, des marques de respect, de solidarité, de compassion à ces victimes. J'ai été blessée d'entendre qu'il ne faudrait plus d'hommages, de fleurs ou de bougies, au contraire.

Anne Murris présidente de l'association Mémorial des Anges

 


Anne Murris prend son courage à deux mains, et saisit le dossier de son projet ; elle veut le remettre à Jean Castex, en mains propres. Les responsables du protocole tentent de la dissuader, le Premier ministre n’a pas le temps. Mais après la fin de la cérémonie, elle réussit à se glisser auprès de lui, échange quelques instants et lui glisse le document.

 

 Je me suis excusée de prendre sur son temps et je l’ai remercié pour la qualité de son intervention 

Elle redescend de la colline avec la satisfaction d'avoir rempli sa mission, apporter une pierre à l'édifice, celui du futur Mémorial-Musée, et celui de la paix qu'elle appelle de ses vœux, elle qui n’est toujours pas retournée sur la promenade des Anglais.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat de nice faits divers terrorisme hommage société emmanuel macron politique