REPLAY. Covid-19 : 5e vague, port du masque obligatoire dans les Alpes-Maritimes, on en parle dans Dimanche en Politique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Anne Le Hars
Olivier Guerin : Chef du Pôle Gériatrie au CHU de Nice Membre du Conseil Scientifique en charge d’éclairer le gouvernement sur la crise du Covid 19 , Henri Migout présentateur de l'émission, Ladislas Polski : maire de La Trinité également médecin  et Stéphane Gaubertin : responsable CGT du CHU de Nice.
Olivier Guerin : Chef du Pôle Gériatrie au CHU de Nice Membre du Conseil Scientifique en charge d’éclairer le gouvernement sur la crise du Covid 19 , Henri Migout présentateur de l'émission, Ladislas Polski : maire de La Trinité également médecin et Stéphane Gaubertin : responsable CGT du CHU de Nice. © Anne Le Hars FTV

Face aux données de la pandémie et afin de contrer la reprise et l'arrivée d'une 5e vague, le préfet des Alpes-Maritimes a reconduit l'arrêté sur le port du masque dans le département. Dimanche en Politique en Côte d’Azur abordera justement cette semaine le thème de cette vague de Covid et de ses conséquences.

Voir l'émission

Depuis quelques jours, le nombre de cas détectés quotidiennement est en très nette augmentation.

Comme lors de la vague précédente, la Côte d’Azur (Alpes-Maritimes et Est Var) est très touchée.  

Pour l’instant, les hôpitaux sont loin d’être débordés, mais pour combien de temps ? Comment aborder la période de fin d’année et les festivités qui s’annoncent (Noël et le Jour de l’An) ?

Le personnel soignant déjà très éprouvé pourra-t-il faire face à cette nouvelle vague ?
Que penser du nouveau variant Omicron ?  

Trois invités sur le plateau : 

 

  • Olivier Guerin : chef du Pôle Gériatrie au CHU de Nice Membre du Conseil Scientifique en charge d’éclairer le gouvernement sur la crise du Covid 19  
  • Stéphane Gauberti : responsable CGT du CHU de Nice. Il parlera de l’état des esprits des soignants, et des possibles tensions au sein du personnel hospitalier.
  • Ladislas Polski : maire de La Trinité. Il parlera des problèmes qui se posent aux maires. Nouvelle campagne de vaccination, manifestations festives qui arrivent et qu’il faut organiser dans un contexte sanitaire incertain, etc. En plus, il est médecin.  

Et nous aurons en Skype pendant 5mn environ Jean-François Saluzzo, ancien chercheur à l’Institut Pasteur qui parlera des vaccins et du nouveau variant.  

Emission enregistrée vendredi 3 décembre dans les conditions du direct.

Voici où le port du masque est obligatoire dans les Alpes-Maritimes

La décision du préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez, est tombée ce jeudi 2 décembre. 

Le port du masque reste obligatoire pour les 11 ans et plus, dans les espaces publics de toutes les communes du département et ce jusqu'au 20 décembre. Juste avant les fêtes de fin d'année donc. 

Selon Santé publique France, le taux d’incidence dans le département est de 382 cas pour 100.000 habitants. Il dépasse le seuil d’alerte fixé à 50, pour un taux de positivité s’établissant à 5,2 %.

Le nouvel arrêté de la préfecture précise que toute personne de onze ans et plus dans l’ensemble des communes des Alpes-Maritimes doit porter le masque dans les espaces publics suivants jusqu'au 20 décembre :

  • les marchés couverts et de plein air
  • les brocantes, braderies, ventes au déballage, vides greniers et marchés aux puces de plein air organisés sur des espaces publics ou habituellement ouverts au public
  • les voies urbaines à la circulation piétonne
  • les secteurs où la circulation routière est limitée à 20 km/h
  • les galeries commerciales et espaces assimilés des grandes et moyennes surfaces, ainsi que leurs espaces de stationnement,
  • les zones des centres-bourgs et centres-villes commerçants caractérisés par une forte concentration du public,
  • lors des manifestations et événements (on pense aux animations de Noël notamment) se déroulant sur le département,
  • dans un périmètre de 50 mètres autour des entrées des crèches, écoles, collèges et lycées et ce 15 minutes avant et après l’ouverture et 15 minutes avant et après la fermeture de ces établissements,
  • dans un périmètre de 50 mètres autour des accès des établissements d’enseignement artistique et des établissements d’enseignement supérieur aux heures de fréquentation de ces établissements,
  • dans un périmètre de 50 mètres autour des entrées des établissements recevant du public au sein desquels, le port du masque est obligatoire en vertu des dispositions réglementaires en vigueur,

Exceptions

Quand la distanciation physique d'au moins 2 m est possible, le port du masque n'est pas obligatoire. Il s'agit des espaces verts, des espaces verts urbains, des plages et des bords de plan d'eau. 

Les règles au marché de Noël à Cannes

De son côté, la ville de Cannes a hier mercredi 1 décembre annoncé changer les consignes pour l'accès à son marché de Noël.

La préfecture des Alpes-Maritimes impose aux visiteurs qui souhaitent y entrer le port du masque, le contrôle du pass sanitaire va ici s'adapter à la consommation assise de plats chauds et boissons.. 

Selon la mairie, le pass pour l'ensemble du marche et son contrôle strict n'est pertinent. Car "cette mesure a un triple effet négatif

  • sur l’aspect sanitaire, elle crée une file d’attente à l’entrée du village et donc une proximité physique stagnante entre les personnes souhaitant y accéder ; 
  • sur l’aspect commercial, la file d’attente décourage de nombreux visiteurs. De fait, l’activité du village en pâtit, notamment les commerçants qui ne vendent pas de produits alimentaires et qui sont donc les victimes économiques collatérales de cette mesure ; 
  • sur l’aspect budgétaire, le coût du contrôle est assumé par la Mairie de Cannes, alors que cette mesure de santé publique, décidée et imposée par l’Etat, relève de sa compétence et responsabilité.  

Images à Cannes le dimanche 28 novembre :

David Lisnard a donc décidé que le pass sanitaire ne sera plus exigé à l’entrée du village de Noël à partir de ce mercredi 1er décembre. "Nous ciblons mais nous n'assouplissons pas les exigences" précisent les services municipaux.

Le pass est désormais demandé directement par les commerces de bouche présentes sur cette animation quand les visiteurs passent leurs commandes et vont consommer sur place.

Et d'ajouter : "comme c’est actuellement le cas pour les restaurants ou les fêtes foraines."

Pourtant, on le voit sur la vidéo, il n'est pas demandé aux visiteurs sur nos images du 28 novembre dernier.

L'arrêté préfectoral portant lui sur le port du masque ne change rien à cette mesure liée au pass sanitaire.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.