• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Loi contre les contenus haineux en ligne votée : 44 plaintes déposées en 2018 dans les Alpes-Maritimes

« Il faut faire drastiquement baisser le niveau de haine en ligne et la première chose à faire, c'est de mettre fin à l'impunité des auteurs de haine en ligne.» Cédric O, le secrétaire d’État chargé du Numérique. (France Info) / © ISSOUF SANOGO / AFP
« Il faut faire drastiquement baisser le niveau de haine en ligne et la première chose à faire, c'est de mettre fin à l'impunité des auteurs de haine en ligne.» Cédric O, le secrétaire d’État chargé du Numérique. (France Info) / © ISSOUF SANOGO / AFP

Lutter contre la haine sur internet passera peut-être par la responsabilisation des hébergeurs, c’est l'objectif de la loi votée ce 9 juillet à l’Assemblée Nationale. 44 plaintes ont été déposées pour contenus haineux en 2018 dans les Alpes-Maritimes.

Par Coralie Chaillan & ALH

Pédopornographie, terrorisme, cyberhaine… comment lutter ?

Il faut faire drastiquement baisser le niveau de haine en ligne et la première chose à faire, c'est de mettre fin à l'impunité des auteurs de haine en ligne.


avait commenté sur Franceinfo Cédric O, le secrétaire d’État chargé du Numérique. 

La proposition de loi de la députée La République en marche Laetitia Avia vient d'être adoptée en première lecture par 434 voix pour, 33 contre et 69 abstentions. Il passera à la rentrée au Sénat, en vue d'une adoption définitive rapide.
Elle oblige les hébergeurs comme Facebook, Twitter en les obligeant à supprimer tout contenu haineux dans les 24 h après leur signalement.
 


Dans la nuit de mercredi à jeudi, les députés ont mis en exergue dans le texte de loi le "respect de la dignité humaine" et la lutte contre l'apologie des crimes contre l'humanité, mais n'ont pas étendu le champ d'application au négationnisme, ce qui a fait débat.
 


Seront inclus tous les contenus haineux portant atteinte à la "dignité" de quelqu’un, les attaques fondées sur la race, la religion, l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou un handicap. 

Cette proposition de loi sera soumise au vote mardi 9 juillet.

Si la loi est adoptée, la peine encourue sera d’un an de prison, l'amende pourra atteindre 4% du chiffre d’affaire mondial

On peut se poser la question de la censure. C’est un problème d’éthique. Il faut définir où est la limite entre la critique et la haine ? 


Explique ce matin, au micro de France Bleu, l’adjudant Henri Rodriguez, spécialiste de la cybercriminalité dans les Alpes-Maritimes. Dans le département, deux gendarmes sont rattachés à la cybercriminalité. En 2018, 44 plaintes ont été déposées pour contenus haineux.


En mars, une dizaine de policiers avait déposé plainte pour insultes et menaces sur les réseaux sociaux suite à la chute de Geneviève Legay, lors d'une manifestation des Gilets-Jaunes à Nice.
 

Il faut déposer plainte et porter à la connaissance des autorités ces faits de violence. Car plus les contenus haineux se seront dénombrés, plus ils seront importants, et plus des moyens seront mis en œuvre pour lutter contre ces appels à la haine.


Henri Rodriguez rappelle que l’anonymat et le secret de l’instruction sont garantis par la justice française.

Facebook veut dévoiler les adresses IP

Selon ce spécialiste, Facebook s’est dit prêt à coopérer avec les autorités françaises en communiquant l’adresse IP de tous ceux qui propagent la haine sur les réseaux.

L’adresse IP, c’est l’adresse matérielle, physique de la box. Pour nous, c’est extrêmement important, car c’est notre seul moyen de savoir d’où vient le message. 


Toujours selon Henri Rodriguez, Facebook aurait également dépêché un groupe d’ingénieurs pour travailler spécialement sur les régulations. Des régulations qui pourraient être en grande partie gérées par des algorithmes via une alerte de mots-clés.

 Il faut avoir conscience que ces messages haineux peuvent conduire à des sacrifices suprêmes. Nous l’avons constaté notamment au travers de messages, mais aussi de jeux comme le « Momo Challenge ».


a conclu Henri Rodriquez, spécialiste de la criminalité dans les Alpes-Maritimes.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les randonneurs sont souvent mal informés

Les + Lus