Des travaux révèlent un abri anti-aérien en plein centre de Nice, il date des années 30

Cet abri anti-aérien, aménagé à la fin des années 1930, se trouve sous le square Colonel Jeanpierre, au nord de la gare de Nice-ville. Cet ouvrage souterrain vient d'être mis au jour.

L'entrée de la galerie se faisait par des escaliers aux deux extrémités de l'ouvrage.
L'entrée de la galerie se faisait par des escaliers aux deux extrémités de l'ouvrage. © Cliché service d'archéologie NCA

C'est une galerie oubliée, longue de 63 mètres, qui serpente depuis près d'un siècle sous le square Colonel Jeanpierre, dans le centre-ville de Nice, près de la gare SNCF :

Cet abri anti-aérien a été redécouvert il y a trois semaines, à l'occasion de travaux.

Il s'agit d'une tranchée couverte, haute de seulement 1,80 mètre, par laquelle on pouvait accéder par les deux extrémités. Elle offrait aux civils niçois un abri sûr en cas de bombardements.

Au centre de la galerie était aménagé, dans un petit renfoncement, un WC public dont le siège à disparu.
Au centre de la galerie était aménagé, dans un petit renfoncement, un WC public dont le siège à disparu. © Cliché service d'archéologie NCA

Tracé en "zigzags"

Son emplacement s'explique par "la proximité de la gare ferroviaire, l’une des cibles de choix de l’aviation alliée durant la Seconde Guerre mondiale pour couper les voies de ravitaillement de l’occupant allemand", précise la ville de Nice dans un communiqué.

Son tracé dit "à crémaillère", qui décrit des "zigzags", répondait à deux impératifs essentiels :

"prévenir les risques d’effondrements et éviter à la population les effets de l’explosion en enfilade d’une bombe".

Le service d’archéologie de la Métropole Nice Côte d’Azur précise qu'il était "courant de mettre à la disposition de la population des abris installés sous les jardins publics. Un autre abri de la défense passive se trouvait sous le jardin de l’ancienne place Defly, détruit dans les années 1970 lors de la construction du parking souterrain de l’actuelle place Marshall".

Le site du square du Colonel Pierre-Paul Jeanpierre sera, lui, conservé en l’état. "Nous allons en effet replacer et consolider les dalles en béton existantes qui scellent l’entrée ouest de la galerie, et procéder à une modélisation 3D géoréférencée afin de restituer le plan 2D-3D sur la cartographie urbaine de Nice" indique la ville.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture archéologie patrimoine seconde guerre mondiale