VIDEO. Entretien avec Pinar Selek : cette sociologue franco-turque risque la prison à perpétuité lors d'un cinquième procès à Istanbul

Elle a connu la torture physique. Depuis 25 ans, Pinar Selek subit une torture psychologique. Poursuivie par la justice turque pour un attentat qui n’a jamais existé, elle a été condamnée à quatre reprises, acquittée à chaque fois. Mais ses acquittements ont été systématiquement annulés. La dissidente est jugée par contumace ce 31 mars. Rencontre avec cette réfugiée, installée en France depuis 15 ans.

Exilée puis naturalisée en France, Pinar Selek est enseignante-chercheuse à Nice. C'est depuis Paris que cette sociologue suivra son 5e procès, ce vendredi 31 mars.

Elle risque la prison à perpétuité.

Comment vous sentez-vous, à cinq jours de ce procès ? 

Pinar Selek : "J'essaie de ne pas me sentir [rires], de ne pas penser aux sentiments, de ne pas réfléchir, mais plutôt d'agir."

Agir comment ? 

"J'ai beaucoup d'expériences de luttes, je sais ce qu'il faut faire : répondre aux nombreuses interviews, se mettre totalement au travail. Il faut organiser le déplacement d'une délégation niçoise à Istanbul, les mettre en rapport avec mes avocats, assurer le lien avec mes soutiens turcs."

En Turquie, des voix s'élèvent aussi pour vous soutenir ? 

"Oui, c'est mon 5e procès. Le 8 mars [Journée internationale des droits des femmes, NDLR], les femmes turques ont crié dans les rues d'Istanbul : "quatre acquittements ne suffisent pas, on en veut plus". Après chacun de mes acquittements, le procureur a fait appel, et la Cour de cassation a annulé l'acquittement. Cette fois-ci, c'est la première fois qu'il est annulé par la Cour suprême."

Votre 5ᵉ procès aura lieu ce vendredi 31 mars à Istanbul. Vous n'y assisterez pas. Ce serait trop risqué pour vous ? 

Si je me rends en Turquie, je serai emprisonnée immédiatement, car le pays a émis un mandat d'arrêt international contre moi. 

Pinar Selek

Vous avez connu la prison turque, il y a 15 ans. 

"Oui, 2 ans et demi, c’est suffisant. À cette époque, les conditions étaient meilleures qu'aujourd'hui, nous étions dans des dortoirs. Maintenant, ce serait l'isolement total. J'étais torturée, mais il y avait une solidarité avec les prisonnières, qui avaient vécu d'autres tortures ; on s'entraidait beaucoup."

A cause des tortures que j'ai subies, je n'ai pas pu bouger pendant des mois et des mois, c'était très grave. Mais la solidarité c'est le médicament de tout.

Pinar Selek

Psychologiquement, je n'ai pas de grandes séquelles. 

Aujourd'hui, j'arrive à objectiver cette situation, je suis un tout petit point dans le grand tableau. Je sais que c'est systématique. Imaginez ce que vivent les femmes en Iran, je ne peux pas tout ramener à moi."

Le 31 mars prochain, jour de votre procès, où serez-vous ? 

"Je serai à Paris, dans le local de la Ligue des droits de l'homme. C'est un lieu symbolique parce que la LDH s'était beaucoup mobilisée dans l'affaire Dreyfus, et je pense que ces luttes sont transnationales et sans frontières. Au moment de mon arrestation, des journalistes turcs avaient fait des analogies avec l'affaire Dreyfus. La LDH c'est ma maison aussi."

Vous à Paris, une délégation niçoise à Istanbul, et puis partout en France des manifestations de soutien. 

"Oui, des comités de soutien ont été créés partout en France, c'est incroyable. La solidarité, c'est très important dans ces moments-là. Ça permet de se dire : "tu n'es pas une victime, tu es une actrice de tes luttes".

Le but de la Turquie c'était de me marginaliser, de me criminaliser, ils n'ont pas réussi

Pinar Selek

Même en Turquie, où pourtant l'État a tout fait pour me présenter comme une terroriste, beaucoup de personnes croient en ma parole." 

Comment expliquez-vous cet acharnement de la Turquie à votre égard ? 

"Ce n'est pas à moi de l'expliquer. Mais je pense que ce 5ᵉ procès n'est pas un hasard. Avant les élections, le gouvernement a mis en place une politique de chaos. La résistance se paie au prix fort dans ce pays. Quelques jours avant l’assassinat des kurdes à Paris, j’avais écrit que l’année 2023 était prévisible. On n’a pas besoin d’être médium pour voir comment le gouvernement allait mettre en place une politique de chaos."

Comment supportez-vous cet exil sans fin, loin de votre famille ? 

"J'ai perdu ma mère d'une crise cardiaque il y a près de 15 ans. Mon père et ma sœur sont mes avocats. Ils sont très actifs dans de nombreuses autres luttes. Ils viennent de temps en temps me voir en France."

Retourner en Turquie, vous y avez renoncé pour toujours ?

"Je ne veux pas penser à ça, pas maintenant."

Les démêlés de Pinar Selek avec la justice turque remontent à 1998, avant l'arrivée au pouvoir de Recep Tayyip Erdoğan. À l'époque jeune chercheuse, elle a été accusée d'être impliquée dans une explosion ayant fait sept morts sur la base des aveux d'un jeune témoin qui s'est ensuite rétracté.

Elle était l'invitée d'Enquêtes de région le 14 mars dernier sur les "Les nouveaux féminismes".