France-Télévisions, le groupe Nice-Matin et la Provence associés à la lutte contre les fausses infos sur le web

L'ordinateur ne répond plus. Un numéro s'affiche pour proposer un dépannage, c'est une arnaque ! / © MAX PPP
L'ordinateur ne répond plus. Un numéro s'affiche pour proposer un dépannage, c'est une arnaque ! / © MAX PPP

Deux géants d'Internet  lancent  chacun de leur côté un outil de vérification des informations qui circulent sur le web. Facebook s'appuie sur sa plateforme, mais Google s'associe à plusieurs rédactions dont celles de France-Télévisions et du  groupe Nice-Matin. 

Par Catherine Lioult

On les appelle les fakes news. Ces informations trompeuses, fallacieuses parfois, sont de nature à induire le lecteur en erreur. Les présidentielles américaines  en ont fait les frais, et à l'approche du scrutin français, deux géants du net mettent en place des outils.

LE CROSSCHECK DE GOOGLE

Lancé le 27 février prochain, cet outil est le fruit d'une collaboration entre Google et des étudiants en journalisme.  Ils résumeront et remettront dans leur contexte chaque allégation (citations tronquées, photomontages, rumeurs) et le flux d'informations sera  supervisé par l'Agence-France Presse et consultable sur le site CrossCheck. Parmi les nombreux médias partenaires, France Télévisions, le Groupe Nice-Matin et la Provence.


D'autres rédactions pourront rejoindre ce projet, et le public pourra également participer en signalant des contenus douteux afin que CrossCheck puisse mener une enquête.

L'OUTIL DE FACEBOOK

Facebook va également tester en France, après les Etats-Unis et l'Allemagne, sa propre arme de lutte contre les fausses infos en partenariat avec huit rédactions (l'AFP, BFMTV, L'Express, France Médias Monde, France Télévisions, Libération, Le Monde et 20 Minutes).


Les internautes pourront signaler les fausses informations, qui seront soumises aux rédactions partenaires pour vérification. Si deux "fact-checkeurs" estiment que c'est une fausse information, elle sera signalée sur Facebook par un pictogramme et une mention "contesté par des tiers".

AVEC L'AFP

Sur le même sujet

Les + Lus