GP de Monaco: Jules Bianchi, deux premiers points “comme une victoire”

© MAXPPP
© MAXPPP

Jules Bianchi (Marussia), parti sur la dernière ligne, a marqué ses deux premiers points en Formule 1 dimanche au Grand Prix de Monaco. Le Niçois  a expliqué qu'il ressentait cette 9e place, à son 25e GP, "comme une victoire".

Par Olivier Le Creurer avec l'AFP

"Cela faisait vraiment longtemps que je n'avais plus ressenti de telles sensations.


Cela remontait à ma dernière victoire en Formule Renault 3.5, en 2012, ça faisait un moment", a-t-il confié, radieux, aux journalistes qui l'avaient accueilli dans son motor-home en chantant l'hymne russe, devant une caméra de la BBC.

Exploit authentique

Car Marussia est fondamentalement une équipe anglo-russe, née du rachat de Virgin par un milliardaire passionné de voitures de sport. Et comme elle n'avait jamais marqué de point en F1, la 9e place dimanche, dans le GP le plus exigeant du calendrier, est un exploit authentique. Grâce notamment au talent de Jules.

Le Niçois de 24 ans a bien choisi le lieu de son premier Top 10, à 17 km de sa ville natale, avec le numéro 17 sur sa Marussia à moteur Ferrari, devant de nombreux Russes résidant en Principauté, et presque toute sa famille.

"C'était la première fois de l'année que ma famille venait sur un Grand Prix, donc forcément ça rend les choses encore meilleures",

a aussi apprécié le dernier-né des Bianchi, une dynastie du sport automobile. En 1968, Lucien, son grand-oncle, était monté sur le podium à Monaco. Il s'est tué l'année suivante, aux 24 Heures du Mans, alors son grand-père, Mauro, a arrêté de courir.

Alonso a dit bravo 

Jules est aussi lucide que modeste, alors il admet qu'il a eu "un peu de chance" dimanche dans les rues de la Principauté, "mais cela reste un très bon résultat, même s'il faut rester les pieds sur terre. Il faut continuer à travailler, il y a encore beaucoup de courses, on ne sait jamais ce qui peut arriver."

Lancer une carrière


La carrière de Bianchi, membre de la "Ferrari Driver Academy", est gérée par Nicolas Todt, le fils de l'ancien patron de la Scuderia. "Sur un circuit où le pilote compte plus qu'ailleurs, ses temps au tour étaient très bons par rapport aux Sauber, et il a fait un superbe dépassement sur Kobayashi", a souligné Todt Jr dimanche soir.

"C'est ce genre de résultat qui permet de lancer une carrière", a ajouté l'agent de Jules, qui peut aussi compter sur un parrain de choix: Fernando Alonso a "tweeté" dimanche soir pour saluer son jeune partenaire de foot et de vélo.

"Bianchi Bombaa!!!", a tweeté l'Espagnol à ses deux millions d'abonnés. "Graciaaaasss" (merci), a répliqué Jules, un jeune homme bien élevé.

Sur le même sujet

Les + Lus