L'OGC Nice saisit le Comité national olympique pour contester la fermeture de la tribune Populaire sud

L'OGC Nice a décidé de faire appel de la décision de la Commission de discipline de la Ligue de football professionnel. Celle-ci a décidé d'infliger une sanction pour fermer la partie basse de la tribune de la Populaire Sud après l'usage d'engins pyrotechniques lors de la réception de l'OM le 21 octobre dernier.

L'OGC Nice a décidé de saisir le CNOSF, le Comité national olympique et sportif français, suite à la décision prise ce mardi 31 octobre par la Commission de discipline de la Ligue de fermer la partie basse de la tribune Populaire sud.

C'est ce que le club, actuel leader du championnat et meilleure défense en Europe, a fait savoir ce 2 novembre dans la soirée via un communiqué de presse.

Le premier de Ligue 1 explique que cette saisine "est exclusivement liée à l'utilisation d'engins pyrotechniques (...), en particulier des pétards qui n'apportent rien à l'ambiance du match et nuisent au club et à la grande majorité des supporters".

Les Rouge et Noir insiste sur "la bonne tenue globale de ses supporters depuis de nombreux mois" afin qu'ils "ne soient pas stigmatisés", alors que le passif entre les deux clubs est important.

Plusieurs actes du derby méditerranéen ont défrayé la chronique, comme en août 2021 et un envahissement de terrain qui avait suivi le jet d'une bouteille d'eau sur Dimitri Payet, joueur phare de l'OM. 

Ce que reproche la Ligue

L'instance du football professionnel a statué ce mardi 31 octobre sur les nombreux dossiers du moment, avec en tête, les lourds incidents qui ont émaillé l'avant-match de Marseille contre Lyon, ce dimanche 29 octobre.

La Ligue reproche cette fois aux Aiglons le comportement de certains supporters lors de la réception, à la 9e journée du championnat, du club phocéen.

La Commission de discipline de la Ligue a reproché le comportement des supporters lors de la victoire des Azuréens contre les Olympiens, sur le score de 1-0, le 21 octobre à l'Allianz Riviera. Et de cibler l'usage d'engins pyrotechniques, l'utilisation de laser et une intrusion.

Les deux derniers griefs ont été abandonnés, mais la sanction est tombée, "par révocation du sursis" : la fermeture de la partie basse de la tribune de la Populaire sud à compter du 7 novembre. En déplacement à Montpellier le 10 novembre, il faudra attendre le 26 du mois pour voir évoluer à domicile le Gym sous cette contrainte de la Ligue. C'est donc le match de contre Toulouse qui sera concerné.

Le CNOSF peut intervenir en tant que conciliateur, au nom du Code du Sport. Aucune date n'a été communiquée de la part du comité olympique quant à l'examen de cette demande.