Le maire de Nice veut faire annuler par la justice un prêt toxique contracté auprès de Dexia

© france 3 côte d'azur
© france 3 côte d'azur

Le député-maire de Nice Christian Estrosi a annoncé qu'il demanderait prochainement en conseil municipal l'autorisation d'ester en justice contre la banque Dexia pour faire annuler un emprunt toxique contracté par la ville avant sa mandature.

Par Yves Lebaratoux avec AFP

"Je demanderai au conseil municipal le 3 juin prochain de m'autoriser à ester en justice contre Dexia pour faire annuler un emprunt structuré" contracté par la ville pour un montant de "19 millions d'euros" (soit "5% de l'encours global de la dette" de la commune), a indiqué l'élu UMP lors d'une conférence de presse.
"Mon administration a évalué à 18 millions d'euros le gain estimé en cas de jugement favorable sur la durée résiduelle du prêt structuré qu'il reste encore dans l'encours de la ville de Nice. Il est donc de notre intérêt de dénoncer cet emprunt", a-t-il poursuivi, soulignant néanmoins que des négociations se poursuivaient avec Dexia pour tenter de le réaménager.
"Depuis 2008, la ville de Nice n'a contracté aucun emprunt structuré" et "sept des huit emprunts structurés dont j'avais hérité ont été sécurisés", a-t-il assuré.

L'endettement global de la ville a été évalué à 383 millions d'euros au 31 décembre 2012, contre 411 millions au 31 décembre 2009, a rappelé le maire.

D'autres villes de France en litige avec Dexia, notamment pour des emprunts toxiques, ont déjà fait le choix de déposer plainte au pénal, à l'instar d'Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine) et de Rosny-sur-Seine (Yvelines).
Début février, le conseil général de Seine-Saint-Denis a obtenu de la justice l'annulation des taux d'intérêt considérés comme usuraires de trois prêts contractés auprès de cette banque.

Sur le même sujet

Interview premier français

Les + Lus