"J’ai fait de Nice une ville verte saluée par tous" : Christian Estrosi refuse de rétablir le double sens de circulation sur les quais comme le demande le tribunal

Le tribunal administratif a décidé de rétablir le double sens de circulation sur le quai des États-Unis. Le maire, Christian Estrosi rejette l'idée et défend sa "ville verte saluée par tous".

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le tribunal administratif de Nice a donné raison au comité de défense des quartiers du port et de l'environnement. L'instance a décidé d’annuler les décisions municipales qui ont entrainé la mise en sens unique de l'unique voie de circulation depuis 2020, entre le port et les quais Rauba-Capeu et des États-Unis, dans le sens est-ouest.

La Ville de Nice a trois mois pour faire respecter cette décision, et aussi de faire machine arrière, alors qu'une piste cyclable complète cet unique axe routier du côté de la Méditerranée, ainsi qu'une vaste partie dévolue aux piétons. 

"Je ne remettrai pas à deux voies"

Le maire de Nice, Christian Estrosi n'a pas tardé à faire entendre sa voix et à s'opposer à cette décision de justice. Sur le réseau social Threads, l'édile a expliqué : "Je ne remettrai pas à deux voies de circulation malgré le jugement. Je critique l’État qui admet qu’on puisse empêcher les maires d’aménager leur ville ou leur village comme ils l'entendent pour le bien de leurs habitants, aménager leur commune conformément à leur programme."

Et d'y craindre un retour massif des voitures : "J’ai fait de Nice une ville verte saluée par tous. Et là, sur le bord de mer, on va m’enlever des pistes cyclables pour y mettre des voitures."

"Recul pour la qualité de l'air et la mobilité active"

Une association qui a fait du vélo et des mobilités douces leur cheval de bataille, ont fait savoir par communiqué de presse qu'elles condamnent, à leur manière, la décision du tribunal administratif.

Nice à Vélo, qui milite depuis 2012 pour une "métropole cyclable" met en avant que la restriction du trafic des véhicules motorisés a "permis d'éliminer un important point noir en matière de qualité de l’air, tout en résolvant les conflits entre piétons et usagers de la piste cyclable", sur cette partie du littoral niçois.

Celui-ci est, en effet, davantage prisé par les promeneurs et cyclistes, sans oublier les touristes qui viennent s'adonner aux joies de la prise de photos souvenirs, face à la baie.

Et Vélo à Nice d'avancer des chiffres :  2 230 passages par jour en 2023 pour ce qui concerne les mobilités douces sur cet axe.

Une hausse de 10% de la fréquentation comparée à 2022, affirme l'association. Elle s'appuie même sur les données d'Atmosud, qui étudie la qualité de l'air, en expliquant que l'exposition au dioxyde d'azote est bien inférieure à l'époque où ces quais connaissaient une circulation en double sens. 

Sur Threads, Christian Estrosi s'est même vu interpellé par un internaute pour aller encore plus loin et de bannir définitivement les voitures dans cette partie de Nice, pour piétonniser la pointe de Rauba-Capeu.