Lutte contre les incendies : une nouvelle caméra de détection des feux expérimentée à Nice

Une super caméra de détection des feux sera installée fin juillet sur les hauteurs du Mont Chauve à Nice. Elle permettra de repérer le moindre départ d'incendie plus rapidement, et sur l'ensemble du territoire de la Métropole.

La métropole de Nice expérimente cet été une nouvelle sentinelle contre les feux de fotêts. 80 kilos, deux gros globes oculaires : c'est un beau bébé, qui rappelle un personnage de dessin animé... Pour un peu, on s'attendrait à l'entendre dire "Eve" ! Pour ceux qui n'ont pas la "ref", vous devez absolument rattraper votre retard.

Sinon pas d'inquiétude : il s'agit d'un tout nouveau dispositif non pas d'espionnage, mais de surveillance, destiné à repérer les départs de feux le plus tôt possible.

La métropole azuréenne est en effet particulièrement exposée aux risques d'incendies, avec certaines zones végétalisées et proches des habitations, mais parfois difficiles d'accès. L'incendie de Castagniers en 2017, parti d'un barbecue mal éteint, avait ainsi ravagé 120 hectares tout près des habitations.

Plus récemment, un incendie sur la commune de Colomars avait contraint les pompiers à évacuer une vingtaine de maisons. Selon la métropole, sur les 50 dernières années 600 hectares ont été détruits par les flammes : aucun autre territoire des Alpes-Maritimes ne serait autant exposé.

Une surveillance à 360°

L'une des réponses serait donc cette expérimentation : une super caméra, fabriquée par la société Inéo, et qui sera installée le 22 juillet prochain au sommet du Mont Chauve. Elle permettra une surveillance à 360° du territoire de la métropole.

durée de la vidéo : 00h00mn36s
Vue subjective de la future caméra de détection des incendies qui sera installée au sommet du Mont Chauve ©Métropole Nice Côte d'Azur

Elle est équipée de deux capteurs distincts (d'où son look futuriste) : un capteur thermique, capable de repérer un départ de feu dans un rayon de 10 km. Il est relié à un algorithme pouvant détecter des feux de 2 mètres par 2 mètres de large, en 3 minutes maximum.

L'autre capteur est une caméra plus classique, mais doté d'une optique puissante. Reliée au centre de supervision urbain, elle permettra la vérification visuelle de l'alerte avant même l'arrivée des pompiers.

Une expérimentation gratuite pour la métropole

Les premiers tests sont prometteurs. Le site du Mont Chauve est idéal pour couvrir une grande partie du territoire métropolitain, du Broc à La Trinité, en passant par Villefranche-sur-Mer et La Trinité... Une expérimentation gratuite pour la collectivité, puisque le fabricant cherche encore à roder son dispositif.

De son côté, l'Agence de Sécurité Sanitaire, Environnementale et de Gestion des Risques accompagne cette expérimentation de son propre plan de prévention et de sensibilisation. Le débroussaillement des zones à risque a notamment été entrepris dès le mois d'avril et les particuliers propriétaires de parcelles identifiées ont été mis en demeure de faire de même.

Des moyens mobilisés sur le terrain

Trois équipes mobiles de l’Agence sillonnent également les secteurs du Mont Boron et de l’aire Saint-Michel pour sensibiliser les promeneurs, prévenir les comportements à risques, mais aussi pour surveiller ces zones à forte végétalisation. Ces équipes sont renforcées par des bénévoles (pour aider ça se passe ici par mail, ou par téléphone au 04.97.13.46.34).

Enfin, une grande campagne de communication a été menée en juin, pour rappeler toujours les mêmes messages, à savoir qu'une grande majorité des départs de feux sont d'origine humaine : la viigilance doit être extrême lors des barbecues ou d'activités de bricolage. Par les temps qui courent, jeter un mégot de cigarette est criminel, encore plus en pleine nature. 

L'occasion de rappeler, encore une fois, que le brûlage de déchets verts est interdit sur le territoire de la métropole, et ce pendant toute l'année. L'été sera chaud, c'est une certitude. Autant ne pas en rajouter !

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité