PACA : masques vendus dans la grande distribution, l'indignation des pharmaciens et du président de région

A Monaco depuis le 27 avril, des masques chirurgicaux sont en vente dans 4 petites, moyennes ou grandes surfaces, la France suivra le pas dès le lundi 4 mai prochain. Les pharmaciens ne cachent ni leur incompréhension, ni leur colère.
Ces masques seront donnés gratuitement à la population. (Image d'illustration).
Ces masques seront donnés gratuitement à la population. (Image d'illustration). © Roland Macri / MAX PPP
C'est fait. Les Monégasques peuvent désormais acheter des masques chirurgicaux dans des commerces. Le gouvernement de la Principauté les indique sur sa page Facebook. Elle précise par ailleurs la fourchette de prix pour ceux qui seront délivrés en pharmacie. FFP2 ou chirurgicaux, ils seront vendus entre  2,5  et 7,5 euros l’unité. Objectif: éviter la propagation du Covid-19 en se protégeant, et en protégeant les autres lors du déconfinement.
 
En France, la vente en grande surface est fixée au 4 mai et le prix des masques chirurgicaux ( pas ceux en tissu) sera plafonné à 95 centimes l'unité, soit 47,50 euros maximum pour une boîte de 50.
Un constat :  à l'approche du déconfinement progressif le 11 mai prochain, chacun cherche à s'approvisionner, les distributions gratuites de masques en tissu par les communes ne sont pas suffisantes. 

400 milions de masques apparus, "surenchère de l'indécence" pour les professionnels de santé

Les grandes enseignes vendront donc à prix coûtant. En recoupant les informations, le syndicat des pharmaciens des Alpes-Maritimes a fait les comptes : les hypermarchés ont environ 400 millions de masques en stock, apparus sur le sol français du jour au lendemain.
Raphaël Gigliotti est pharmacien à Nice, il est aussi trésorier du syndicat des pharmaciens des Alpes-Maritimes.

Depuis le 17 mars, on ne peut donner que 18 masques par semaine aux professionnels de santé, nous avons des patients que l'on connaît bien, malades, âgés ou à risque. qui nous ont suppliés d'en donner et on avait interdiction de le faire. Nous avons l'obligation d'une grande traçabilité.

déplore t-il, reprenant ainsi la position des ordres des professions de santé.

Aujourd'hui, la consternation s'allie au dégoût", où étaient ces masques quand nos médecins, nos infirmiers, nos pharmaciens, nos chirurgiens-dentistes, nos masseurs-kinésithérapeutes, nos pédicures-podologues, nos sages-femmes mais aussi tous nos personnels en prise directe avec la maladie tremblaient et tombaient chaque matin ?


s'interrogent-ils dans ce texte intitulé "Les masques tombent".

Communiqué masques

 

Bas les masques pour les pharmaciens

Stéphane Pichon, président de l'ordre des Pharmaciens Paca-Corse fait les comptes :

Comment ont-ils pu stocker un demi milliard de masques ? C’est un quart de la commande de l’état français, alors que depuis le début de la crise, les pharmaciens ont distribué aux soignants " seulement 80 millions de masques ".

Et il va plus loin : il  soupçonne la grande distribution d’avoir anticipé ces besoins, et d'avoir ainsi " créé une pénurie au détriment des soignants et des malades".
Il ajoute qu’il y aurait eu " beaucoup moins de morts " si ces 400 millions de masques avaient été mis à la disposition du ministère de la Santé.
Ces masques seront vendus en grande surface et dans les pharmacies dès le 4 mai prochain.
Ces masques seront vendus en grande surface et dans les pharmacies dès le 4 mai prochain. © Lionel Vandam / MAX PPP

Désormais, il est possible d'acheter ces protections dans les officines qui ont pris l'engagement de les vendre avec discernement.
Mais les professionnels ne décolèrent pas.
Raphaël Gigliotti est très clair.

On veut que l'Etat réquisitionne une partie de ce stock pour une redistribuation aux personnes les plus faibles, âgées et à risques et il faut ouvrir les vannes pour les professionnels de santé, dentistes, kinés, ostéopathes, podologues etc...


Il rappelle qu'acheter un masque en pharmacie, c'est bénéficier de précieux conseils pour comprendre comment le porter correctement, comment le retirer sans risque de contamination, et enfin quand le mettre absolument  ( c'est inutile en voiture par exemple).
 

La sommation de Renaud Muselier, qui menace de porter plainte

Le président de la région Paca de son côté, met en demeure la grande distribution. Dans un communiqué, il écrit qu'il lui donne trois jours pour prouver qu’elle n’avait pas de stock secret de masques pendant la crise et il va plus loin. "Si cela se confirme, je déposerai immédiatement plainte au pénal" précise t-il.
La fédération du commerce et de la grande distribution a dès le 1er mai, voulu répondre aux attaques.

Il n'y a pas de stock caché .... Nos enseignes sont fières une nouvelle fois de participer à une mission de service public avec cette vente de masques, comme elles l'ont fait depuis le début de la crise en assurant l'approvisionnement alimentaires des Français.

 
Les consommateurs eux, sont invités à signaler les abus sur la plateforme SignalConso, où déjà 1.200 signalements ont été effectués, selon le ministère.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
monaco international coronavirus/covid-19 santé société polémique paca économie