Métropole Nice-Côte-d'Azur : 200 vélos électriques en libre service

A Saint-Laurent-du-Var, Cagnes-sur-Mer et Nice, 200 vélos électriques ont été mis en libre-service. C'est une nouvelle alternative dans l'offre de mobilité douce dans la métropole. 

Les e-velos sont mis en service depuis le 27 janvier 2020, dans la métropole niçoise.
Les e-velos sont mis en service depuis le 27 janvier 2020, dans la métropole niçoise. © Transdev
Les e-vélos sont des vélos à assistance électrique, ils permettent aux utilisateurs de manager leurs efforts. En montée par exemple, l'assistance se met en route, plus besoin de transpirer pour se rendre dans les collines de la métropole niçoise.  

Pour louer, un vélo bleu, il fallait être un plus sportif, désormais, on s'adresse à toute la population, n'importe qui peut se servir d'un vélo électrique dès 14 ans

Explique Yann Bauchet, directeur des vélos bleus. 
 

Des tarifs plus élevés que pour les vélos bleus classiques 

Moyennant un abonnement de 40 euros par an, les usagers peuvent emprunter les e-vélos en libre-service. 10 euros si vous êtes déjà abonné Lignes d'Azur. Pour les étudiants et apprentis de moins de 25 ans, l'abonnement est gratuit. 

Une autre formule est possible à la journée, un forfait à 3 euros. Ensuite, vous paierez la durée d'utilisation : la première demi-heure est gratuite puis, le service vous sera facturé 1,50 euros par 30 minutes. 

La grande nouveauté du service, c'est la disparition des stations. Les e-vélobleu peuvent être déposés n'importe où, à condition d'être sur un emplacement deux-roues. 
 
Les e-velobleus, une alternative aux vélos bleus.
Les e-velobleus, une alternative aux vélos bleus. © Transdev


Les vélos se dévérouillent grâce à une application "e-velobleu" et permettent jusqu'à 60 km d'autonomie. L'application donne l'autonomie restante, les vélos sont rechargés la nuit par les services de l'entreprise. 
 

Des parcs de stationnement pour vélos 

La ville de Nice a également inauguré deux parc-relais destiné exclusivement au vélos. Le premier sous la gare Thiers et le second à Charles Ehrmann au Cadam. 
 

Les parcs sont accessibles avec la carte Lignes d'Azur et offrent la possibilité de venir recharger son vélo électrique. Trois nouveaux parcs devaient voir le jour d'ici la fin de l'année.

L'objectif de ces nouveaux dispositifs est de diminuer davantage la présence automobile. Selon la métropole, le trafic journalier sur l'avenue Thiers a connu en 10 ans une baisse de 40%.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo économie transports écologie environnement