Vigilo : l'appli mobile qui vient au secours des cyclistes à Marseille

Depuis juin, 700 observations citoyennes ont été signalées à Marseille sur l'appli / © VALLAURI Nicolas/MAXPPP
Depuis juin, 700 observations citoyennes ont été signalées à Marseille sur l'appli / © VALLAURI Nicolas/MAXPPP

L'application collaborative Vigilo permet de cartographier les embûches rencontrées par les cyclistes dans plusieurs villes de France. A Marseille, l'application dévoile les trop nombreux problèmes d'aménagements de la ville et autres incivilités auxquelles doivent faire face les adeptes du vélo.

Par Louise Beliaeff

Incivilités, accidents, absence d'aménagements, problèmes de signalisations... Les rues de Marseille peuvent vite se transformer en parcours du combattant pour tous les téméraires qui osent enfourcher un vélo. Une application mobile est là pour les aider.

Effective dans plusieurs villes de France dont Marseille, l'application Vigilo permet aux cyclistes de recenser en temps réel sur une carte les obstacles jonchant leur parcours à vélo. 
Exemple de véhicule gênant / © Vigilo
Exemple de véhicule gênant / © Vigilo

Comment ça marche ?

En route sur son vélo, l'usager dégaine son téléphone au moindre problème rencontré et prend une photo grâce à un système rapide (double vérouillage). Il peut également installer une caméra sur son vélo.

Voici un exemple de film réalisé boulevard de Paris, à Marseille :

Vigilo : l'appli mobile qui vient au secours des cyclistes à Marseille

Le cycliste classe ensuite cet obstacle dans une catégorie, indiquée d'une couleur différente sur la carte (accident, chute, absence d'aménagement, absence d'arceaux de stationnement, véhicule ou objet gênant, aménagement mal conçu, défaut d'entretien, poblème de signalisation ou de marquage, incivilité récurrente...).

Grâce à la géolocalisation, l'application met à la disposition de tous une cartographie précise des incidents. Les usagers peuvent ainsi noter les zones à éviter, celles qui sont les moins adaptées à leur moyen de locomotion. La Joliettes ou le secteur St-Charles, par exemple.

Situation à Marseille, le 29 novembre 2019 / © Vigilo
Situation à Marseille, le 29 novembre 2019 / © Vigilo

Depuis juin dernier, 787 observations citoyennes ont été dénombrées grâce à l'application dans la Métropole. 609 d'entre elles concernent la catégorie "véhicule ou objet gênant". 

Faire bouger les pouvoirs publics

Si l'application permet d'avertir les cyclistes en temps réel des potentielles embûches, elle a surtout pour objectif de les faire remonter aux collectivités locales et pouvoirs publics afin d'améliorer les déplacements dans la ville. 

L'outil, ouvert également aux deux-roues motorisées et automobilistes, encourage la concertation entre les usagers quels qu'ils soient et les collectivités publiques. 

Baromètre des villes cyclables : Marseille en queue de peloton

En 2017, la Fédération française des usagers de la bicyclette (FBU) a lancé son Baromètre des villes cyclables. Les cyclistes ont répondu à un questionnaire pour déterminer un classement des villes en fonction de la place faite au vélo. 

Sur 316 communes de France, seules 21 villes ont obtenu une note supérieure à la moyenne. Marseille fait figure de cancre.
La cité phocéenne est classée dernière, loin derrière Strasbourg, meilleure élève avec 600 kilomètres de pistes cyclables au compteur. 

L'acte II du baromètre des ville cyclables a été lancé en septembre 2019 et prend fin samedi 30 novembre. Les réponses des citoyens vont permettre d'évaluer les progrès, ou non, effectués en deux ans.

Une cartographie sera également partagée afin d'identifier les points noirs dans chaque ville. 

"Le plan national doit être appliqué"

Pour rattraper son retard, Marseille doit passer la seconde. "On veut que le Plan national Vélo soit appliqué à Marseille", indique l'association Vélos en ville.

Le 14 septmebre 2018, le Premier ministre Edouard Philippe a présenté le Plan "Vélo et mobilités actives". Son objectif : tripler la part modale du vélo (le pourcentage de personnes qui utilisent un vélo) dans les déplacement quotidiens d'ici 2024, passant de 3, à 9%. 

"A Marseille, le plan vélo vise timidement les 5, 6% de part modale du vélo", déplore Vélos en ville.

En juin dernier à l'occasion de la 14e édition de la Fête du Vélo à Marseille, la ville a inauguré la nouvelle piste cyclable de la Corniche. 2 kilomètres supplémentaires (sur les 70 existants) fêtés en grande pompe mais qui n'occultent pas les efforts à fournir sur une partie de la Corniche. 
Le jour de l'inauguration, Martine Vassal a annoncé un "Plan Vélo" pour la ville : créer, d'ici 2024, 280 km de pistes cyclables sur l'ensemble de la métropole, pour un coût de 100 millions d'euros.

Participez au Baromètre des villes cyclables édition 2019 avant le 1er décembre : https://barometre.parlons-velo.fr/

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus