Nice, Cannes et Antibes veulent recycler les eaux usées pour faire face à la sécheresse

C'est la solution des collectivités publiques face à une sécheresse qui s'installe dans le sud de la France. Les villes se lancent dans des projets d'économie des eaux grises pour l'arrosage, le lavage des bus ou des rues pour limiter la consommation d'eau potable.

C'est une lame de fond qui touche les collectivités du sud-est : économiser l'eau par tous les moyens.

En visite au MIPIM à Cannes, Christophe Béchu, le ministre de la transition écologique félicite les édiles pour leurs idées novatrices : "Quand je regarde juste ici le maire de Nice et le maire de Cannes qui ont tous les deux des idées d'application immédiate, si demain les décrets passent, pour aller nettoyer les voies entre Cannes et Antibes ou pour arroser les espaces verts, ce sont des choses simples mais qui éviteraient d'utiliser de l'eau potable." 

Le ministre l'a rappelé, en Europe, la France fait partie des mauvais élèves dans le traitement des eaux usées (cf.carte)

  • Espagne : 14 % 
  • Italie : 8 %
  • Allemagne : 1,5 %
  • France : 0,1 à 1%

Car le problème de la sécheresse n'est pas nouveau dans les pays méditerranéens. Etés caniculaires, manque de pluie, nappes phréatiques en baisse.

L'année 2022 a battu des records de chaleur, 2023 s'annonce d'ores et déjà comme une année catastrophique pour cette ressource vitale. 

Lundi 13 mars, la préfecture des Alpes-Maritimes a placé le département en alerte sécheresse, à une semaine du début du printemps. Une situation grave et inédite.

Face à ce problème environnemental, les maires sont en première ligne pour assurer à la population l'accès à l'eau potable. Et depuis longtemps, les communes traitent des eaux usées des habitants qui sont rejetées en mer. 

70.000 m3 d’eaux usées réutilisées par an

A Antibes, le projet entre dans une phase concrète. Dès lundi 20 mars, des travaux auront lieu à la station d'épuration de Véolia pour créer un deuxième réseau de distribution. Des machines à filtration seront prochainement livrées, la borne située devant la station sera changée avec un badge d'accès pour que les agents se servent directement. 

Actuellement, 9 millions de m³ des eaux usées, une fois propres, sont rejetées en mer, à 1km du rivage d'Antibes. 

Cette eau, la ville veut la réutiliser pour arroser les parcs, jardins et massifs fleuris et voirie.

Au total, plus de 70.000 m3 d’eaux usées traitées pourraient être réutilisées par an pour le lavage de la voirie de la commune d’Antibes

Le dossier d'autorisation est toujours en cours avec la préfecture et avec l'Agence Régionale de Santé. 

Autre domaine : le lavage des véhicules de transport collectif. 

Dans le nouveau dépôt du réseau de transport urbain Envibus, 27 lignes de bus et 64 lignes scolaires, un dispositif de recyclage a été mis en place dans le quartier des Trois Moulins.

Résultat : 95% des eaux de lavage des carrosseries de bus sont recyclées pour ne pas dépasser 3.500 m³ de consommation annuelle.

"l'urgence climatique est bien réelle"

Dès 2019, l’agglomération Cannes Lérins a amorcé un projet de réutilisation des eaux usées traitées.

La réutilisation de l’eau traitée par la station d’épuration Aquaviva de l’Agglomération Cannes Lérins, soit 18 millions m3 d’eau par an, est au cœur du projet.

Une procédure très longue et très lourde pour les collectivités. Comme le soulignait David Lisnard, président de l’Agglomération Cannes Lérins et maire de Cannes. 

Les délais administratifs et procédures imposées par l’Etat ont malheureusement retardé considérablement nos démarches pour la mise en place de ce dispositif alors même qu’il aurait été plus que nécessaire l’été dernier puisque nous avons connu une période de sècheresse intense. Cela est difficilement acceptable et je le répète l’urgence climatique est bien réelle et nous ne pouvons nous permettre d’attendre encore des années pour réagir.

David Lisnard, président de l’Agglomération Cannes Lérins et maire de Cannes

Des lourdeurs administratives qui ont ralenti les démarches. Mais différentes études ont montré que l’utilisation de l’eau usée traitée est compatible avec l’usage d’irrigation agricole et le nettoyage des voiries.

D'après l'agglomération, la station Aquaviva est parvenue à un haut niveau de qualité, grâce à des membranes d’ultrafiltration des particules fines de plastique.

Ainsi, l’intercommunalité a lancé la phase d’irrigation du golf « Old Course » de Cannes. L’objectif est de réaliser de rationner l’eau tout en préservant la qualité du gazon. Une bonne opération pour les golfeurs, mais d'autres économies doivent être réalisées :

  • le nettoyage des voiries et des véhicules industriels de service public (bennes, laveuses, balayeuses ) sur les communes de Cannes et de Mandelieu-La Napoule pour juin 2023
  • l’irrigation des espaces verts proches de la station d’épuration Aquaviva, comme le Stade de Saint-Cassien et les jardins publics de Mandelieu-La Napoule
  • l’irrigation de l’agriculture en basse vallée de la Siagne, par la création d’un bassin de stockage des eaux traitées ainsi que d’un réseau d’irrigation pour arroser des espaces verts

"Protection de nos ressources en eau"

A  Nice aussi, on étudie cette question depuis longtemps. Dans un communiqué, le maire de Nice se félicite de l’annonce du gouvernement sur la possibilité de réutiliser les eaux usées traitées, les eaux de pluie et les eaux grises. Cette mesure avait été demandée à Elisabeth Borne, Première ministre, dès l’été 2022.

Il ne peut pas y avoir d’avenir et d’attractivité pour un territoire, si nous ne garantissons pas le verdissement d’un côté et la protection de nos ressources en eau et de nos littoraux de l’autre.

Christian Estrosi, maire (Horizons) de Nice 

Dès la publication du décret, la Métropole Nice Côte d’Azur pourra accélérer le déploiement de ce dispositif. L'expérimentation prévue cet été, vise à arroser les espaces verts de la station et les espaces verts publics du parc Carras attenant.

La Métropole va également demander les autorisations nécessaires afin de pouvoir utiliser des camions citernes mobiles qui partiront d’Haliotis pour arroser d’autres espaces publics urbains grâce à cette nouvelle unité.

Elle va également étudier la faisabilité d’un branchement sur les espaces verts du parc Phoenix et a d’ores et déjà inclus une unité de traitement dédiée dans le projet Haliotis II, à hauteur de 4,8 millions de mètres cube par an.

Voyage en Israël, pays pionnier

Même initiative à l’échelle régionale. Lors d'une visite au Salon de l'Agriculture, Renaud Muselier, président de la région PACA, a annoncé le lancement d’une expérimentation régionale pour la réutilisation des eaux usées traitées. Ces eaux seraient utilisées pour l’irrigation agricole ou le refroidissement industriel. 

C'est pour l'instant un projet. A ce stade, ni les objectifs chiffrés ni le financement ne sont précisés.

Un diagnostic sera établi cette année et des investissements seront réalisés en 2024.

Un partenariat sera noué avec l’université Aix-Marseille pour rechercher les dispositifs de traitement les plus pointus.

Dernière idée, Renaud Muselier se rendra en Israël, pays pionnier dans ce domaine, afin d'observer les solutions déployées sur place.

Pour économiser cette précieuse ressource, toutes les idées sont bonnes à prendre. 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité