A Nice, les fêtards privés de plage après 22h le week-end

Pour limiter les nuisances sonores et les débordements, la mairie de Nice a réactivé un arrêté qui date de 2010. Le week-end, il est interdit d’aller sur les galets de la plage, de 22h à 7h00 du matin, du vendredi au dimanche. 
Foule rassemblée sur la plage de Nice, le 11 juillet 2020, après le concert de The Avener.
Foule rassemblée sur la plage de Nice, le 11 juillet 2020, après le concert de The Avener. © Aline Métais - FTV
A Nice, la fête est finie ! Les fêtards sont privés de plage après 22h le week-end. Depuis une dizaine de jours, le beau temps, le déconfinement, l’arrivée des touristes ont transformé la célèbre plage de galets en une immense zone de fête.

Groupes de jeunes


Quai des Etats-Unis, boulevard Franck Pilatte, Rauba Capéu (à côté du #I LOVE NICE), des petits groupes de jeunes ont pris l’habitude de se rassembler pour boire un verre, discuter, jouer du djembé, ou écouter de la musique… plus ou moins fort grâce à des enceintes portatives. Jusqu’à créer des sound-systems qui peuvent rassembler une centaine de personnes. 

Nuisances sonores et bagarres


Une ambiance de fête alcoolisée qui peut durer tard dans la nuit et qui s’accompagne parfois de violentes disputes et de bagarres. Au mépris des riverains qui ont alerté la mairie à plusieurs reprises. Pour faire régner l’ordre, la mairie a réactivé cette semaine un arrêté contre les nuisances sonores qui date du 18 mai 2010. Le week-end, il est dorénavant interdit d’aller sur les galets de Nice, de 22h à 7h00 du matin, du vendredi au dimanche.

Demande de renforts


Un arrêté qui était peu respecté jusqu’ici. Car pour le faire respecter, face aux dizaines de groupes de jeunes éparpillés sur la plage, il faut des forces de police en nombre. C’est pourquoi le maire de Nice, Christian Estrosi (LR), a profité lundi 13 juillet de la visite du ministre de l’Intérieur fraîchement nommé, Gérald Darmanin, pour demander des renforts. Une information relayée sur son compte Facebook : 

Pour plus de sécurité pour les Niçoises et les Niçois, j’ai demandé à Gérald Darmanin, une compagnie de CRS « à demeure ». Face aux problèmes post-confinement que nous connaissons à Nice, j’ai demandé des renforts pour sécuriser les quartiers, mieux sécuriser les plages et des moyens pour faciliter la tâche de la police municipale.  (…) Ce renfort peut aussi nous être utile pour faire respecter l’arrêté d’interdiction des plages pris pour Franck Pilatte où de nombreux débordements ont été constatés.

Christian Estrosi (LR), maire de Nice.

"Des amendes seront dressées"


Des contrôles sont également prévus. Anthony Borré, premier adjoint à la sécurité, précise à nos confrères de Nice Matin qu'il y aura aussi des amendes :
 

À partir de ce week-end, le préfet va engager d’intensives actions répressives sur les plages, le port et à Franck-Pilatte pour faire respecter l’arrêté, lutter contre les rassemblements de jeunes et faire cesser les troubles liés au bruit. Des amendes seront dressées et les instruments de musique comme les Djembé pourront être saisis".

Anthony Borré, premier adjoint à la sécurité.

Contrôles


Dans la nuit de samedi à dimanche, les policiers ont mené des contrôles sur la Promenade des Anglais. Ils ont saisi de l’alcool, des instruments de musique, des enceintes. Habitués à venir s’amuser sur la plage, les jeunes, plus ou moins coopératifs, ne connaissaient pas cette règlementation.

Fin de soirée 


Une autre question se pose alors pour eux : où aller faire la fête en fin de soirée à Nice ? Les terrasses des bars sont certes ouvertes mais aucune discothèque n’a pu rouvrir, risque Covid oblige. D'autres riverains redoutent que cette interdiction ne déplace ces fêtes improvisées dans d’autres quartiers de Nice.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société politique jeunesse famille covid-19 santé christian estrosi