On vous explique pourquoi vous ne pouvez pas donner votre sang si vous revenez de certaines régions italiennes

Publié le Mis à jour le

Les stocks de sang sont au plus bas à la veille des départs en vacances. Alors que l’Etablissement Français du Sang a émis un bulletin d’urgence vitale face à l’absence de dons, certains Azuréens sont contraints d’attendre ou de s’abstenir avant de se faire piquer. En cause, le virus du Nil occidental.

Les Azuréens souhaitant donner leur sang au retour d'un déplacement vont peut-être devoir s'armer de patience. Il faut attendre plus de 28 jours au retour de certaines régions italiennes notamment pour faire un don auprès des Etablissements français du sang.

Les stocks sont au plus bas mais l’établissement public, qui indiquait ce 29 juin avoir besoin de 20.000 poches de sang supplémentaires d’ici 10 jours, ne lésine pas avec le respect des contre-indications.

Le virus du Nil occidental en question

Vénétie, Piémont, Lombardie, Vénétie, Emilie-Romagne... Si vous avez séjourné au moins une nuit dans l'une de ces régions transalpines lors des 28 derniers jours, inutile de penser donner son sang.

Le virus du Nil occidental y étant présent, les donneurs ne sont pas autorisés à effectuer cet acte de générosité à moins d'être revenus de l'une de ces destinations depuis 4 semaines. Idem pour certaines régions de l'Espagne, ou la Kabylie. Aucune difficulté en revanche si vous revenez d'un séjour au Maroc.

C'est le moustique qui est l'unique vecteur de sa transmission dans un pourtour méditerranéen qui voit se développer la maladie, des rives israéliennes jusqu'au rocher de Gibraltar.

Pour vérifier si votre passage dans tel pays ou telle région pose problèmes, il est possible de se rendre directement sur le site de l'EFS pour vérifier ces restrictions.

Un virus dangereux ?

Comme l'indique Santé publique France, le virus du Nil occidental est "un arbovirus principalement transmis par des moustiques pouvant provoquer des atteintes neurologiques chez l'Homme".

Il atteint particulièrement l'humain et les chevaux et occasionne le plus souvent une maladie asymptomatique mais potentiellement grave, chez 1% des cas.

Un cinquième des gens ayant contracté le virus se retrouvent victimes d'un syndrome pseudo-grippal, la durée d'incubation peut varier entre 2 et 14 jours.

Fin 2018, c'est bien le département des Alpes-Maritimes qui avait été le plus touché avec 20 cas, soit 80% des signalements recensés sur le plan national. En 2020, ce sont notamment 5 cas équins qui avaient été signalés en France, dont 1 dans le département du Var.

Pas d’attente après un vaccin contre le Covid

La 7e vague de Covid-19 va-t-elle donner un sérieux coup de frein aux dons de sang ? En tout cas elle pourrait les retarder.

L'EFS explique que "Ni le pass sanitaire ni le pass vaccinal ne sont nécessaires pour donner son sang", mais qu'en cas de Covid-19, il est indispensable d'attendre "7 jours après le début des symptômes pour donner votre sang, ou après la date du test positif pour les personnes asymptomatiques. Ce délai peut se réduire à 5 jours à l’issue d’un test antigénique ou PCR négatif et en l’absence de signes d’infection dans les dernières 48 heures."

Le site de l'établissement public rappelle aussi que "dans la grande majorité des cas, il est possible de donner son sang après une injection de vaccin contre la Covid-19, sans aucun délai d’ajournement à respecter". 

Seul contrainte, venir masqué, car comme dans tous les établissements de santé, le port du masque reste obligatoire.