Parcours, réactions, spécificités : 5 choses à savoir sur le Tour des Alpes-Maritimes 2024 nouvelle formule

Le Tour des Alpes-Maritimes a été présenté ce 28 novembre à Nice avec une nouvelle formule. Deux étapes maralpines constituent désormais la course. Le parcours à l'ouest de l'Estérel est dissocié et fera l'objet d'une nouvelle course à part entière avec la Classic Var.

Ce mardi 28 novembre, l'organisateur du Tour des Alpes-Maritimes a dévoilé le tout nouveau visage de l'évènement cycliste annuel en terres azuréennes. 

Au total, ce sont deux étapes qui seront disputées dans le département maralpin, les 17 et 18 février 2024. Dans cette nouvelle mouture de la compétition, le Tour des Alpes-Maritimes est séparé de la nouvelle Classic Var, qui se tiendra indépendamment le 16 février, et dont la présentation officielle n'a pas encore été réalisée. 

Une première étape Levens-Antibes

Le 17 février 2024, les coureurs s'élanceront de Levens pour rallier l'Azur Arena d'Antibes après 165,5 kilomètres de parcours, en passant par Tourrettes-sur-Loup, Châteauneuf-Grasse et Valbonne.

Une seconde journée plus aérienne

La seconde journée du 18 février sera plus aérienne : les cyclistes rallieront Villefranche-sur-Mer à Vence en franchissant les cols d'Eze (à 507 mètres), de Châteauneuf (point culminant de la course à 629 mètres), de Carros (340 mètres) et la montée de la Sine (334 mètres). Cette seconde étape sera longue de 131,8 kilomètres.

"C'est un parcours vraiment très équilibré", commente Rudy Molard, coureur cycliste professionnel vivant à Tourettes-sur-Loup, qui espère bien participer à la course sous les couleurs de la Groupama-FDJ. 

Une volonté de voir "chaque territoire incarné"

Pour la première fois, le Tour des Alpes-Maritimes est séparé de celui du Var. Le Classic Var, nouvelle compétition indépendante du groupe Nice-Matin, aura lieu le 16 février 2024 entre Saint-Raphaël et le Mont Faron, à Toulon.

"On a donné à chaque département sa course parce que le Var comme les Alpes-Maritimes ont leur personnalité propre, détaille Frédéric Maistre, le directeur de l'évènementiel de Nice-Matin. On voulait que chaque territoire soit incarné".

Un intérêt sportif

Côté sportif, cette séparation a aussi l'avantage de permettre aux équipes compétitrices de remporter davantage de points UCI. Ces derniers sont attribués par l'Union cycliste internationale aux équipes de coureurs et servent à établir un classement mondial. Avec deux courses pour le prix d'une, ce sont davantage de points qui sont en jeu pour les cyclistes. Pour les courses du Var et des Alpes-Maritimes, il sera même possible pour les équipes d'aligner différents coureurs.

Deux courses, c'est toujours plus attractif pour les équipes et les coureurs.

Frédéric Maistre

Un avantage aussi sur le plan sportif avec des classements dissociés.

Deux courses séparées, pour nous, c'est très bien. Si on se loupe le vendredi, on a encore le week-end pour se rattraper, c'est plus stratégique.

Rudy Molard, cycliste professionnel, équipe Groupama FDJ

"Du suspens jusqu'à la fin"

La première étape du Tour des Alpes-Maritimes évitera les sommets montagneux mais comportera une boucle avec trois tours de piste à Sophia Antipolis, sur la commune de Valbonne, juste avant la ligne d'arrivée.

 Sophia Antipolis, ce sont des routes qui sont vraiment géniales pour faire vélo. Il n'y a pas de mobilier urbain, mais tout de même du relief. C'est un terrain de jeu intéressant, avec des effets de course positifs et sûrement du suspens jusqu'à la fin", avance l'organisateur Frédéric Maistre. Il confie s'être inspiré des boucles finales des Championnats du monde de cyclisme de 2020.

L'absence de passage par les très hauts sommets a été décidée pour éviter un souci lié au climat : "Chaque année on doit tracer les parcours en étant conscients des aléas climatiques. On fait attention, en février, de ne pas monter trop haut", explique Frédéric Maistre, qui garde en tête l'amer souvenir du tour de 2021, où la neige était tombée une semaine avant la course.

Une série de modifications qui devrait ravir l'esprit de compétition des coureurs, tout comme le public. L'an dernier, c'est le Français Kévin Vauquelin qui avait su s'imposer lors de la 55e édition du Tour des Alpes-Maritimes et du Var. Il restera dans l'histoire de ce sport comme le dernier à avoir remporté cette compétition sous cette formule.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité