Procès de l'attentat de Nice : les avocats de Mohamed Ghraieb et de Chokri Chafroud font appel du verdict de la cour d'assises spéciale de Paris

Reconnus coupables d"association de malfaiteurs terroriste", Mohamed Ghraieb et Chokri Chafroud ont écopé de 18 ans de réclusion criminelle. Les avocats de la défense comptent sur ce procès en appel pour faire reconnaître leur innocence.

Ils l'avaient annoncé avant même que le procès ne débute. Les avocats de Mohamed Ghraieb et Chokri Chafroud viennent d’interjeter appel de la décision de justice rendue le 13 décembre

Après 6 ans d’instruction et plus de trois mois, les deux accusés ont été reconnus coupables d"association de malfaiteurs terroriste" et condamnés à 18 ans de prison. Une peine que les avocats de la défense jugent scandaleuse, eux qui avaient demandé l’acquittement de leurs clients.

Avec cet appel, les conseils de Mohamed Ghraieb comptent cette fois faire reconnaître son innocence. "Bien évidemment que s’il y avait un élément qui pouvait suggérer qu’il avait connaissance du projet d’attentat alors les investigations auraient permis de l’établir. Or tel n’est manifestement pas le cas", défend Vincent Brengarth, l'un des avocats de Ghraieb.

"Tout recommencer"

Du côté des parties civiles, pas de répit. Il faut recommencer à zéro et se replonger dans la préparation de ce nouveau procès. "C’est un nouveau dossier qui commence. Aujourd’hui, tout est mis à néant avec cette déclaration d'appel", a réagi Me David Rebibou, un des avocats des parties civiles.

Aujourd’hui il est clair que les parties civiles ne sont pas prêtes psychologiquement pour envisager un autre procès, mais ensuite dans le cours des choses, elles le feront. Et nous, avocats, serons toujours à leurs côtés pour de nouveau plaider.

Me David Rebibou

Célia Viale, artiste plasticienne de 28 ans, a perdu sa mère le 14 juillet 2016. Pour cette jeune femme, partie civile lors du procès aux côtés de son père, cette future reprise des débats sonne comme une nouvelle épreuve à surmonter. "C’est difficile de se dire qu’on va tout recommencer [...] quand il y aura l’appel, je me réinvestirai, mais dans un premier temps, je vais essayer de prendre un peu soin de moi pour pouvoir être d'attaque pour ce nouveau procès, sinon je ne tiendrais pas".

Il faudra attendre un à deux ans, avant que la défense déroule sa nouvelle plaidoirie devant la cour d'assises spéciale de Paris.