• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Procès du gang des Arméniens: 3 ans de prison ferme pour deux prévenus

Antonio Corrieri a été condamné, le 2 novembre, par le tribunal correctionnel de Nice a 3 ans de prison ferme pour avoir fourni de la fausse monnaie / © France 3 Côte d'Azur
Antonio Corrieri a été condamné, le 2 novembre, par le tribunal correctionnel de Nice a 3 ans de prison ferme pour avoir fourni de la fausse monnaie / © France 3 Côte d'Azur

Le délibéré du procès des Arméniens de Nice a été rendu dans la soirée du 2 novembre. Au total, 15 peines prononcées contre 18 prévenus. Elles vont de trois ans de prison ferme à un an de prison.

Par Pierre-Olivier Casabianca


Le tribunal de Nice a rendu son délibéré dans l'affaire du gang des Arméniens. Dix-huit prévenus étaient poursuivis pour trafic de fausse monnaie, blanchiment d'argent, non-justifications de ressources, proxénétisme et violences. Les peines prononcées sont bien en deçà de celles demandées lors des réquisitions.

A la tête du groupe, Miradt Assatrian a été reconnu coupable de détention de fausse monnaie. Un délit qui lui vaut 18 mois de prison ferme. Le champion de lutte ne retourne pas en détention, il a déjà accompli sa peine en préventive.

Sarkis Mnatsakanyan et Antonio Corrieri, fiché comme membre de la Camorra, ont été reconnus coupables d'être des fournisseurs de faux billets. Ils écopent de la sanction la plus lourde: 3 ans de prison ferme.

Deux hommes accusés d'écouler les faux euros, Robert Mekhitarian, dont le rôle a été qualifié de central, et son fils Aren, ont été respectivement condamnés à 30 mois d'emprisonnement (contre sept ans requis) et deux ans (contre quatre ans requis).

Le tribunal a prononcé trois relaxes, dont celles contre le prêtre arménien Artur Ayrapetyan, poursuivi pour violences et association de malfaiteurs, et de Aram Aroutiounian, poursuivi pour blanchiment.



Voir le reportage sur les réquisitions (Diffusé le lundi 29 octobre 2012)
DMCloud:10969
Réquisitoire dans le procès du gang des Arméniens

 

Sur le même sujet

Avignon, une journée au Festival 2019

Les + Lus