Cet article date de plus de 4 ans

"S’il y a des attentats, c’est la faute de la laïcité des Français": la Préfecture demande à l'Imam Sadouni de s'expliquer

Au journal italien Il Giornale.it l'Imam niçois Sadouni aurait indiqué : "S’il y a des attentats, c’est la faute de la laïcité des Français". Le Préfet des Alpes-maritimes l’a invité, si tel est le cas, d’une part à déposer plainte et d’autre part à publier un démenti.
L'Imam de Nice Abdelkader Sadouni: "j'ai décidé de porter plainte contre le journal et l'auteur de l'article".
L'Imam de Nice Abdelkader Sadouni: "j'ai décidé de porter plainte contre le journal et l'auteur de l'article". © DR
durée de la vidéo: 01 min 30
Polémique Imam de Nice


Signalement au Procureur

Le 19 juillet 2016, le journal italien Il Giornale.it publiait une interview de l’Imam Sadouni lui prêtant les propos suivants : « S’il y a des attentats, c’est la faute de la laïcité des Français". Selon la Préfecture des Alpes-maritimes "Cet article a créé à juste titre une émotion et une réprobation unanimes. Dès le 22 juillet 2016, le Préfet des Alpes-Maritimes a signalé cet article de presse au Procureur de la république près le TGI de Nice."

Propos déformés

"L’Imam Sadouni a depuis laissé entendre aux services de l’État qu’il avait été « piégé » par le média italien et que ses propos avaient été déformés. Le Préfet l’a invité, si tel est le cas, d’une part à déposer plainte et d’autre part à publier un démenti dans lequel il réaffirme explicitement son attachement aux valeurs de la République et au respect de la laïcité. A défaut, toutes mesures utiles seront mises en oeuvre dans le cadre de l’état d’urgence."

Je tiens à démentir formellement les propos qu'il m'attribut dans cet article

Dès le 22 juillet, dans un post Facebook, Abdelkader Sadouni explique: "Je tiens à démentir formellement les propos qu'il m'attribut dans cet article, à aucun moment je n'ai dis que la laïcité française est responsable des attentats ou que je comprends le départ de jeunes français en Syrie, ces propos sont d'une extrême gravité ! Et en conséquence j'ai décidé de porter plainte contre le journal et l'auteur de l'article."

L'union de tous

Dans un communiqué, la préfecture des Alpes-maritimes précise:  "La menace terroriste à laquelle est exposée notre pays impose l’union de tous, dans le respect intégral
des principes de la République et de l’Etat de droit. Toute forme de fondamentalisme ou de radicalisation est combattue avec la plus grande fermeté. Nul ne saurait s’affranchir des valeurs de la République, au premier rang desquelles la laïcité."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat de nice faits divers terrorisme