VIDEO - "Je ne lâcherai rien !" Enquête dans la Vésubie, taxe foncière, Christian Estrosi revient sur les dossiers polémiques

Le maire de Nice (Horizons) et président de la métropole Nice Côte d'Azur était l'invité du journal ICI 19/20 Côte d'Azur.

Le maire de Nice s'est exprimé sur l'augmentation de la taxe foncière, le maintien de la qualité de services malgré l'inflation et, pour la première fois, sur la surfacturation des travaux dans la Vésubie. 

"Face à l'augmentation de la dette, la mairie de Nice est-elle toujours solvable ?" demande le journaliste Henri Migout. 

Réponse du maire : la ville est endettée pour 8,2 années, ce qui est autorisé par le législateur. Le maximum autorisé étant fixé à 15 ans. Mais ce qui cristallise toutes les oppositions, c'est la hausse de la taxe foncière. 

Alors que Christian Estrosi était sur le plateau de France 3, se tenait au même moment une réunion organisée par Eric Ciotti à l'hôtel Sheraton pour dénoncer l'augmentation de la taxe foncière.

Graphique à l'appui, le député LR a tenté de démontrer la hausse de cette taxe face à une assemblée de partisans. 

Le budget de la ville a aussi été voté ce jeudi 11 avril. L'occasion de revenir sur l'évolution de la dette de la ville de Nice, passée selon ses chiffres, de 380 millions d'euros en 2008 à 565 millions d'euros cette année. "Alors que la plupart des compétences ont été transférées à la métropole", souligne Eric Ciotti, patron du parti Les Républicains. 

Il a aussi fustigé les dépenses liées au siège parisien de la métropole et à l'organisation d'événements sportifs coûteux ainsi qu'à la location d'un chapiteau suite à la destruction du Théâtre national de Nice.

Cantine, piscine, ramassage des ordures ménagères

Guerre en Ukraine, contexte inflationniste, Henri Migout demande : "Mais pourquoi n'avez-vous pas moins dépensé pendant deux ans ?"

Le maire de Nice ne voulait pas baisser de 10 % les subventions pour les associations niçoises (pour un budget de 25 millions d'euros). Même chose pour le prix de la cantine qui aurait dû augmenter (de 0,80 à 3 euros) ou l'entrée de la piscine municipale (de 1,80 à 22 euros pour le coût réel). L'élu a voulu garder la même qualité de services. Il cite le nombre de jours de ramassage des ordures ménagères qui est resté inchangé : 7 jours sur 7. Ce service aurait pu passer à 4 ou 5 jours pour faire des économies. Il ne l'a pas fait. 

Christian Estrosi déclare qu'il est "anti-impôt". En revanche, cette année, l'élu a augmenté la taxe foncière, il se justifie sur notre antenne : il a attendu la fin de la taxe d'habitation pour le faire. 

durée de la vidéo : 00h00mn44s
Le maire de Nice montre, graphique à l'appui, que cette hausse est moins importante que dans d'autres villes françaises. ©FTV

Enquête en cours dans la Vésubie, les premiers mots d'Estrosi

Depuis le début de l'enquête, le maire de Nice avait refusé de s'exprimer sur le sujet. Il a accepté de le faire sur notre antenne. 

Il rappelle que c'est lui qui a fait un signalement au procureur sur les anomalies de facturation des travaux après la tempête Alex dans la vallée de la Vésubie en février 2023.

Selon lui, des responsables d'entreprises et des agents de la métropole feraient partie de cette vaste escroquerie. 

durée de la vidéo : 00h00mn58s
Le président de la métropole Nice Côte d'Azur a fait un signalement en février 2023 auprès de la justice pour que toute la transparence soit faite sur l'usage de l'argent public dans le cadre de ces travaux. ©FTV

Selon le président de la métropole, ceux qui ont profité de l'argent public "doivent être sanctionnés." 

Dans cette affaire, de nombreuses personnes proches du maire, occupant des postes clés dans la collectivité, avaient été placées en gardes à vue en mars dernier après un vaste coup de filet des gendarmes. 

Face à la complexité de l'enquête, et à l'imbroglio politique, l'affaire a été confiée au parquet de Marseille.