JO Pékin 2022. Qui sont les sportifs de la Côte d'Azur et de Monaco présents ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Aline Métais

Quatre Azuréens sont au top départ ce vendredi 4 février des Jeux olympiques d'hiver de Pékin. Ils brisent la bulle sanitaire, en s'affichant sur les réseaux sociaux. San oublier les Monégasques.

Pour ces olympiades chinoises, la menace du Covid est toujours présente, alors les champions s'affichent sur les réseaux sociaux.

Parmi les 3.000 athlètes engagés on trouve quatre Azuréens : Julia Pereira de Sousa, Nastasia Noens, Matthieu Bailet et Mathieu Faivre. Des profils très différents mais une ambition commune : rapporter une médaille sur la Côte d'Azur.

Matthieu Bailet en ski alpin 

À 25 ans, le pensionnaire de l'interclub de Nice participe à ses premiers Jeux olympiques d'hiver.  Champion du Monde junior en Super- G en 2016, il progresse aussi vite qu'il dévale les pistes. Premier podium en Coupe du Monde en mars 2021 en Autriche. Un " rêve de gosse" disait-il à l'époque.

Cette fois, le Niçois évoque " un rêve de grand" au moment de découvrir l'esprit olympique.

La piste de descente olympique de Yanqing, se nomme "Rock". Il l'a testé lors de son premier tentrainement officiel

Ça me fait penser à un profil américain, où chacun peut s'exprimer, il n'y a pas de grosses difficultés et la neige est assez facile à maîtriser. On a tous notre chance là-dessus. Le vent est perturbant, peut venir de tous les côtés, on espère qu'il n'y en aura pas trop le jour de la course

a indiqué à l'AFP le Niçois.

Nastasia Noens en ski alpin

Elle aussi est licenciée à l'Interclub de Nice. C'est la quatrième olympiade pour la Niçoise, qui pourrait raccrocher les bâtons en fin de saison après plus de 15 ans de carrière. Souvent placée, mais jamais médaillée, c'est donc la dernière occasion pour la slalomeuse de graver son nom au palmarès des Jeux d'hiver.

 Avec ce rêve dans ses bagages : " décrocher une médaille évidemment, mais si je réalise un Top 5 ce sera déjà magnifique". 7e sur le slalom à Sotchi en 2014, elle était passée à côté de son épreuve à Pyeongchang (20e). Pour l'occasion, la Niçoise nous a raconté avoir appris plusieurs mots de Mandarin " pour tenter de faire illusion !" Elle est au départ du slalom mercredi matin (3h15 heure française).

Mathieu Faivre en ski alpin

Le skieur niçois est très attendu sur ces Jeux. Double champion du Monde en 2021 en parallèle et en slalom géant, le pensionnaire du CS Isola est  une des principales chances de médaille française en ski alpin .

Le tout frais trentenaire doit aussi faire oublier son Olympiade cauchemardesque en 2018 à Pyeongchang. " J'ai appris beaucoup de choses l'année dernière et j'ai encore l'impression d'en avoir beaucoup à apprendre. S'il faut n'en retenir qu'une, pour moi, c'est le fait de ne pas abandonner," confiait le Niçois au   site officiel des JO  il y a quelques jours.

Julia Pereira de Sousa en snowboard cross

Plus jeune médaillée de l'Histoire des Jeux d'hiver à tout juste 16 ans sur la neige de Pyeongchang en 2018, l'Isolienne est davantage attendue qu'il y a quatre ans, quand elle avait créée la surprise. Pensionnaire du club d'Isola 2.000, elle avait décroché l'argent en 2018. Quatre ans plus tard, elle espère encore " revenir avec une médaille" comme elle le confiait à   20 Minutes  avant de s'envoler vers la Chine.  Touchée au genou cet automne, elle n'arrive pourtant dans une forme optimale.  " Les résultats n’étaient pas au rendez-vous, mais je suis super heureuse d’avoir retrouvé la compétition," écrivait la snowboardeuse sur son compte Instagram après son retour sur les pistes en Russie.   

La finale du slalom dames en snowboard cross est programmée mercredi 9 février (à partir de 2h30, heure française).

Trois athlètes monégasques en lice : 2 bobeurs et 1 skieur

Il s’agit des bobeurs Rudy Rinaldi (pilote) et Boris Vain (pousseur), qui feront équipe en bob à 2, et du skieur Arnaud Alessandria (descente, super-G et combiné). Anthony Rinaldi est le remplaçant en bobsleigh. Rudy Rinaldi et Boris Vain avaient pris part aux derniers Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang (2018), Arnaud Alessandria à ceux de Sotchi (2014).

Depuis Sarajevo (1984), c’est la 11e participation consécutive de Monaco à des Jeux d’hiver.

Arnaud Alessandria sera le porte-drapeau de la délégation monégasque lors de la cérémonie d’ouverture ce vendredi 4 février.

Les Français en lice ce dimanche 6 février : 

Freestyle

Ski alpin

Descente hommes : Johan Clarey,  Blaise Gienzendanner, (et deux à choisir parmi Nils Allègre, Maxence Muzaton et Matthieu Bailet)

Ski de fond

Skiathlon hommes : Maurice Manificat, Jules Lapierre, Clément Parisse, Hugo Lapalus

Snowboard

Slopestyle femmes : Lucile Lefevre

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Equipe France (@equipefra)

Privés de cérémonie d'ouverture

Sur les 88 membres de la délégation tricolore, seulement 27 auront la chance de défiler au stade olympique lors de la cérémonie d’ouverture. Un choix à contre-cœur parfois difficile à avaler pour ceux privés de cérémonie.

Les pays qui boycottent diplomatiquement les Jeux olympiques de Pékin ne seront pas les seuls à manquer la cérémonie d’ouverture, vendredi 4 février, au stade olympique (à suivre dès 13h sur france.tv). Bien présents en Chine depuis plusieurs jours, de nombreux athlètes français ont eux aussi dû faire une croix sur ce temps fort des Jeux. Sur les 88 membres de la délégation, seulement 27 défileront.

En cause : la distance entre certains sites et la capitale chinoise. Certains sportifs sont déjà en plein entraînement pour les premières compétitions qui démarrent ce samedi.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité