• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Réforme territoriale : les élus des élus de la communauté de communes du Pays des Paillons prennent position

Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes sera t-il absorbé par la Métropole Nice-Côte d'Azur ? La question est à l'étude. / © France 3 Côte d'Azur
Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes sera t-il absorbé par la Métropole Nice-Côte d'Azur ? La question est à l'étude. / © France 3 Côte d'Azur

Le président de la République a invité cinq présidents de métropoles, dont celui de Nice Côte d'Azur, Christian Estrosi. En ligne de mire : la fusion avec les départements. Dans les Alpes-Maritimes, les élus de la communauté de communes du pays des Paillons ont pris position.

Par Catherine Lioult

L'affaire a fait grand bruit et a suscité bon nombre de réactions : Emmanuel Macron a reçu hier à l’Élysée en début de semaine  cinq présidents de métropoles : Christian Estrosi (Nice )  Alain Juppé  (Bordeaux), Jean-Louis Moudenc 
(Toulouse), Johanna Rolland (Nantes) et Damien Castelain (Lille) pour évoquer le rapprochement de ces métropoles avec les conseils départementaux dans le cadre de la réforme territoriale. Cette deuxième réunion a fait grincer bien des dents car les présidents des conseils départementaux n'étaient pas conviés. 
 

Une motion adoptée à l'unanimité



Les conseillers communautaires de la communauté de communes des Pays des Paillons, qui comprend les communes de Bendejun, Berre les Alpes, Blausasc, Cantaron, Coaraze, Châteauneuf Villevieille, Contes, Drap, L’Escarène, Lucéram, Peillon et Touët de L’Escarène a adopté une motion à l'unanimité.
 
Ils dénoncent une " démarche entreprise au mépris et dans le dos des territoires et des populations.... et  s'insurgent  contre  la négation de l’histoire de nos territoires au profit d’une approche administrative qui, sous couvert de modernité, voudrait dissoudre une organisation territoriale et troquer des structures que chacun connaît et qui font tous les jours  la preuve de leur efficacité pour embrasser une logique aventureuse".


 49 communes sur 163


Les élus posent par ailleurs une question dans cette motion : 
 

Au nom de quelle logique la volonté d’une seule intercommunalité, qui regroupe moins de la moitié de la population du Département et seulement 49 communes sur 163, devrait-elle primer sur celle des six autres et du Conseil Départemental réunis pour dessiner l’avenir des Alpes-Maritimes dans leur ensemble ?


Une nécessaire proximité


Pour les élus signataires de cette motion à l'unanimité, le président du Sénat, Gérard Larchet, en visite dans les Alpes-Maritimes le 13 septembre dernier, a appelé à un nécessaire dialogue dans cette réflexion.
 

Dialoguer n’est possible que dans une relation équilibrée entre les parties prenantes et non dans une relation de dépendance à l’égard de quiconque, est-il rappelé dans cette motion. Et de conclure : 
 

Nous voulons que le Conseil Départemental et la Communauté de Communes du Pays des Paillons continuer à jouer pleinement leurs rôles dans leurs limites administratives et prérogatives actuelles. Pour cela nous nous adressons à l’ensemble des partenaires de notre intercommunalité rurale. Que ses élus et, à travers ceux-ci, ses habitants demeurent libres de rester fidèles au choix d’organisation territoriale fondé sur la proximité qu’ils ont fait et qu’ils assument dans un esprit de détermination et d’ouverture.


A bon entendeur...

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Isabelle Colombani(83)

Les + Lus