Resadon : une solution azuréenne pour donner son sang, devenue essentielle depuis la crise sanitaire

A l'occasion de la journée mondiale des donneurs de sang, retour sur l'innovation de ces ingénieurs en informatique azuréens : pour faciliter le don du sang dans leur entreprise ils ont créé il y a 10 ans un système de prise de rendez-vous en ligne.

Le virus n'a pas effrayé les donneurs. Mais il a fallu s'organiser pour éviter les salles d'attente pleines : la prise de rendez-vous en ligne est devenue la norme.
Le virus n'a pas effrayé les donneurs. Mais il a fallu s'organiser pour éviter les salles d'attente pleines : la prise de rendez-vous en ligne est devenue la norme. © Darek SZUSTER / MaxPPP

"C'est une belle aventure," se remémore Alexandre Talamoni, actuel responsable du développement des territoires Alpes Maritmes, Var et Corse de l'Établissement français du sang (EFS). "Pour l'époque c'était assez novateur !" L'époque, c'était il y a 10 ans. Et l'aventure se nomme Resadon.

Les collectes de sang sont souvent organisées au sein des grandes entreprises volontaires. Parfois néanmoins, une telle collecte se passe au détriment de la bonne marche du travail. Une poignée d'ingénieurs en informatique ont donc décidé de simplifier la vie à tout le monde : leur employeur, Amadeus, qui a encouragé l'initiative, l'EFS, et les donneurs eux-mêmes.

Des rendez-vous en ligne pour fluidifier les dons

Parmi eux Philippe Le Bars et Fabien Félix, ingénieurs en informatique. Avec le groupe de bénévoles qui organise la collecte chez Amadeus, ils réfléchissent à une façon de fluidifier les dons : "il y avait toujours la queue le matin à 9h, et après le déjeuner. Mais entre, il n'y avait personne," explique Philippe Le Bars.

 

Un système simple d'utilisation, réalisé en open source.
Un système simple d'utilisation, réalisé en open source. © Capture d'écran

 

Leur création : Resadon. Un système de prise de rendez-vous en ligne, adaptable aux besoins de chaque collecte. "La technologie est super simple et facile à utiliser, tout est fait avec du logiciel libre," décrit notre ingénieur modestement. Mais Resadon représente la solution à pas mal de problèmes d'agenda. Une solution qui a bien sûr connu de nombreuses évolutions.

Un jour on a eu un problème de serveur : on s'est rendu compte que plein d'entreprises, d'universités utilisaient notre système. Sans qu'on en ait fait la promotion. C'est la preuve que c'est un bon produit ! (Philippe Le Bars)

Jusqu'à récemment. Car les mesures sanitaires ont poussé Resadon encore un peu plus sous les feux de la rampes. L'EFS déploie en effet son propre système de réservation depuis un an. Mais toutes les régions ne sont pas équipées, loin de là. En Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, Corse et Provence Alpes Côte d'Azur, "Mon rendez-vous don de sang" n'est pas encore déployé. Dans toutes ces régions, Resadon s'est révélé, et se révèle encore, précieux.

 

L'Etablissement français du sang lance un appel au don en ce mois de juin 2020.
L'Etablissement français du sang lance un appel au don en ce mois de juin 2020. © EFS

 

Une poignée de bénévoles à la rescousse

Dès les premiers signes de la crise, l'EFS a du repenser sa manière de fonctionner. Hors de question, en effet, de tolérer des files d'attente, des rassemblements conviviaux, comme pouvaient l'être certaines collectes par le passé Resadon a été adapté en urgence, pour généraliser son utilisation. Rendez-vous obligatoire. Et un trafic qui a explosé : de 5.000 inscriptions par mois en octobre dernier, le site est passé à plus de 30.000, et plus de 100.000 visites par mois, en période COVID. "Fabien, mon collègue, a passé des week-ends et des nuits entières pour faire les évolutions nécessaires", explique Philippe Le Bars.

Et tout fonctionne. Depuis le confinement, toute les collectes passent donc par un système de rendez-vous que ce soit Resadon, ou Mon rendez-vous don du sang, le système de l'EFS déployé dans le Nord de la France. Pas d'attente, pas de perte de temps, et moins de risques de contamination. Les collectes sont mieux maîtrisées. Au point peut-être même d'attirer de nouveaux donneurs, séduits par cette plus grande visibilité.

Encore aujourd'hui, de Nice à la Corse, de Toulouse à Lyon, le système mis en place par une poignée de bénévoles permet d'organiser des collectes de sang en toute quiétude. En attendant que la solution officielle de l'EFS soit déployée à toute la France...

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société solidarité déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter