À Saint-Laurent-du-Var, des tonnes de bois des vallées à nouveau échouées sur les plages

Après plusieurs journées pluvieuses sur le département des Alpes-Maritimes, l'embouchure du Var a encore déversé de nombreux branchages. À Saint-Laurent-du-Var, des tonnes de bois sont à nouveau échouées sur les plages.

Des amas de bois provenant du fleuve Var échoués sur les plages de Saint-Laurent-du-Var, le 3 janvier 2020
Des amas de bois provenant du fleuve Var échoués sur les plages de Saint-Laurent-du-Var, le 3 janvier 2020 © Ville de Saint-Laurent-du-Var

La rive laurentine ensevelie sous des monceaux de bois n’est pas sans rappeler les images surprenantes, après le passage de la tempête Alex, le 2 octobre dernier. Aujourd'hui, la plage se retrouve à nouveau couverte de débris venus des vallées de la Vésubie et de la Tinée. 

Il s'agit principalement de bois, de branchages et de quelques petites souches, mais également d'autres déchets charriés par le fleuve. 

#SLV06 Nous nous y étions préparés. Mais chaque épisode pluvieux s'apparente aujourd'hui à une plaie ouverte pour...

Publiée par Saint-Laurent-du-Var (06) - Page officielle sur Dimanche 3 janvier 2021

"Nous nous y attendions" déclare-t-on en mairie. Après la tempête, ce sont les plus gros "morceaux" qui ont été transportés par le fleuve Var "maintenant, ce ne seront plus que des débris, il n'y a plus de gros arbres, seulement ce qui est resté sur les bas-côtés, mais ça risque de durer" déclare le directeur de cabinet, Éric Capomaccio "le courant de sortie de l'embouchure est tel qu'il ramène tout sur la plage".

Sur la page Facebook de la municipalité, les internautes se désolent : "Vraiment triste et désespérant de revoir les plages laurentines dans cet état sachant le travail titanesque qu'il a fallu pour les remettre en état" "Ça va durer. Avant que tout ce qui a été emporté soit évacué par le Var, il faudra des années. Ainsi va Mère Nature dans sa fureur."

"On s’attend encore à de nouveaux épisodes avec d’autres pluies à venir, nous ne sommes qu’au début de l’hiver."

Éric Capomaccio, directeur de cabinet de Saint-Laurent-du-Var

En plus du souci esthétique, ce qui inquiète le plus les édiles laurentins, ce sont les déchets autres que les pièces de bois.

"Encore les arbres sur la plage bon c’est pas bien grave, mais le plastique, les bidons, etc. ça c’est plus choquant" un internaute.

En attendant le nettoyage de ces espaces, la police municipale est chargée de vérifier la présence éventuelle de détritus pouvant s'avérer dangereux comme les bouteilles de gaz.

Un lourd tribut

L’entretien des plages de Saint-Laurent-du-Var est à la charge de la commune, et de la Métropole Nice Côte d’Azur. 

Mais l’embouchure du fleuve, en raison de son classement Natura 2000, est également sous l’autorité du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, depuis le 1er janvier 2017. 

La zone possède même la particularité d’être en partie sur le domaine public fluvial et également sur le domaine public maritime qui relève du ministère en charge de la pêche.

"C'est un véritable serpent de mer"

Éric Capomaccio, directeur de cabinet de Saint-Laurent-du-Var

En octobre dernier, seule une impressionnante mobilisation avait permis de tout enlever. Il y a eu tout d'abord l'intervention des FORCE (Force Opérationnelle Risques Catastrophes Environnement) celle des Alpes-Maritimes, du Var et des Alpes-de-Haute-Provence, ainsi que les moyens humains et techniques de la Métropole Nice Côte d'Azur, et de la ville de Nice. 

L'armée était également intervenue. Durant 2 mois, 2500 bénévoles se sont attachés à ramasser tous les débris. 

Les digues "anti-submersion" situées à quelques mètres des plages avaient été entièrement recouvertes. Il avait fallu utiliser des barges pour retirer les troncs enchevêtrés. Une barge en provenance de Monaco devrait à nouveau se rendre sur site dans les jours à venir afin d'achever le premier déblaiement. Si le temps le permet.

"Nous n'avons pas les moyens de nettoyer tous les 15 jours."

Une ligne budgétaire est consacrée à la propreté des plages. "Mais ce budget va exploser, la prochaine réflexion a avoir va être le nombre d’interventions". 

Ce genre de situation risque de se reproduire jusqu’en avril, à chaque épisode pluvieux. Très prochainement, des réunions de concertations avec la Métropole seront organisées afin d'étudier les moyens d’interventions à venir.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
météo intempéries mer nature méditerranée vallée de la roya parcs et régions naturelles environnement