Breil-sur-Roya: "dans les pires moments, on voit le meilleur de l'homme", la communauté Emmaüs agricole solidaire

Cédric Herrou a créé dans la vallée de la Roya la première communauté agricole et paysanne de France soutenue par Emmaüs. Après le passage de la tempête, les dégâts sont considérables, mais pas question de baisser les bras. Tout reste à faire dans une vallée dévastée par les intempéries. 

Emmaüs Roya, la première communauté Emmaüs agricole de France crée par Cédric Herrou, est impactée par la tempête, mais elle est présente aux côtés des sinistrés.
Emmaüs Roya, la première communauté Emmaüs agricole de France crée par Cédric Herrou, est impactée par la tempête, mais elle est présente aux côtés des sinistrés. © FRED CERULLI / FTV
Dans la vallée de la Roya, la tempête Alex a tout emporté sur son passage, les routes, les habitations, les serres, les ponts du fleuve Roya.
La communauté Emmaüs Roya, créée par Cédric Herrou, connu pour son aide aux migrants, n'a pas échappé au désastre.

L'agriculteur en a fait part dès que possible sur les réseaux sociaux. Pour lui, "dans les pires moments, on voit le meilleur de l'homme".

Tout le monde s'adapte à tout cela... On revient à l'essentiel, c'est à dire de contacter son voisin que l'on déteste... On voit s'il va bien, s'il a besoin d'aide...

Cédric Herrou, 8 octobre

C'est en juillet 2019 que cette communauté Emmaüs est constituée sur l'exploitation de Cédric Herrou avec un seul objectif :  réintégrer les "compagnons" par le travail agricole.

Cinq personnes en grande précarité ou demandeurs d'asile y cultivent un demi-hectare de maraîchage et s'occupent de poules pondeuses et d'oliviers. 

Et en cette mi-octobre, les compagnons ont un temps laissé leur activités pour donner un coup de main à tous les bénévoles qui tentent tant bien que mal, à rendre un semblant de vie à la vallée. 
 
Pendant ce temps, Cédric Herrou démonte la structure d'une serre emportée par la tempête.
Des pompes et des tuyaux ont été arrachés mais pour l'agriculteur, hors de question de se plaindre.
 

Cela a un impact financier. Mais nous, dans l'agriculture, la terre est là et on continue à travailler, on ne peut pas se plaindre. Il y a tant de gens qui ont tout perdu dans la Roya !

Cédric Herrou, agriculteur.

Reste que l'accès aux terrains est toujours compliqué.
Passer de l'autre côté du fleuve, c'est possible, mais pas forcément pratique avec ce pont.
Passer de l'autre côté du fleuve, c'est possible, mais pas forcément pratique avec ce pont. © FRED CERULLI / FTV
Un temps gratuits pour les habitants de la vallée, les produits de la ferme sont de nouveau livrés sur le littoral et à Breil-sur-Roya. La communauté a par ailleurs opté pour la solidarité avec une autre association.

Le Secours Populaire a ouvert une antenne dans le village et il a besoin d'un local. Fours à micro-ondes, réfrigérateurs, machines à laver, produits alimentaires ou d'hygiène, il faut de la place pour stocker tout cela.  Emmaüs Roya avait acheté un vaste bâtiment de 500 m² pour en faire un laboratoire de transformation des produits de la ferme et un lieu de vente. Ce sera pour plus tard.
 

La volonté du Secours Populaire était de s'implanter le plus rapidement possible et surtout, de rester dans ce secteur.

Jean Stellittano, Secrétaire général du Secours Populaire 06

Et pendant que le Secours Populaire équipe les foyers, Emmaüs Roya intervient pour remettre en état les terrains et les jardins. 

Pour ccordonner tous les bénévoles, la communauté devrait embaucher une personne supplémentaire, c'est indispensable notamment le week-end quand de nombreuses personnes viennent du littoral pour apporter de l'aide.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
intempéries météo solidarité société vallée de la roya nature parcs et régions naturelles inondations migrants immigration