• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Aix-en-Provence : un militant du Bastion Social condamné à un an de prison dont 4 mois ferme

Un militant du groupuscule Bastion Social a été condamné à un an de prison dont 4 mois ferme pour agression et insultes racistes
Un militant du groupuscule Bastion Social a été condamné à un an de prison dont 4 mois ferme pour agression et insultes racistes

Un jeune militant du Bastion Social, un groupuscule d'extrême droite, a été condamné à un an de prison, dont 4 mois ferme. Il est accusé d'avoir agressé un couple d'automobilistes d'origine maghrébine, samedi soir à Aix-en-Provence

Par Ludovic Moreau avec l'AFP

Le jeune homme de 23 ans comparaissait avec trois autres prévenus devant le tribunal correctionnel d'Aix-en-Provence pour "violences aggravées commises en réunion en raison d'une appartenance raciale". Il se revendique militant du Bastion Social, un groupuscule d'extrême droite créé il y a un an à Lyon et implanté à Aix depuis l'automne dernier.
Il est accusé d'avoir agressé un couple d'automobilistes d'origine maghrébine, samedi soir à Aix.
Le jeune militant a été condamné à un an de prison, dont 4 mois ferme. La peine est assortie de deux ans de mise à l'épreuve.
Il est également condamné à indemniser les victimes dont la voiture a été endommagée et a une interdiction de séjour à Aix.
Les trois autres prévenus, âgés d'une vingtaine d'années, ont été relaxés.
Dans la journée de samedi, le groupuscule d'extrême droite, Bastion Social, avait organisé une manifestation pour exiger "la préférence nationale. Dans la soirée, à la sortie d'un bar d'Aix-en-Provence, les prévenus auraient agressé un couple d'automobilistes d'origine maghrébine et proféré des insultes racistes. Ils ont été arrêtés dans la nuit.
Le groupe "Bastion Social" est une émanation de membres du Groupe Union Défense (GUD), un syndicat étudiant d'extrême droite. Bastion Social a été créé en septembre 2017 à Lyon, puis a ouvert un local en septembre dernier à Aix-en-Provence et quelques mois plus tard dans le centre-ville de Marseille.

Sur le même sujet

Les évacués de la rue d'Aubagne

Les + Lus