Deux plaintes envisagées contre la mairie d'Aix-en-Provence pour des manquements dans la gestion de la crise de Covid

Deux agents de la municipalité d'Aix-en-Provence, des femmes, ont été contaminées à la Covid sur leur lieu de travail. Les deux sont décédées. Les deux familles envisagent de déposer plainte. 

Les deux agents travaillant à la municipalité d'Aix-en-Provence sont décédées
Les deux agents travaillant à la municipalité d'Aix-en-Provence sont décédées © Guillaume BONNEFONT/MAXPPP

En mars dernier, au plus fort de la troisième vague de Covid, deux agents de la municipalité d’Aix-en-Provence auraient été contaminés par un collègue de travail testé positif et qui aurait décidé en toute connaissance de cause de venir travailler.

Deux familles dénoncent des manquements dans la gestion de la crise sanitaire et envisagent de déposer plainte contre la mairie.

Les deux agents, deux femmes, étaient dans le même service, celui de l’état civil. Elles sont toutes deux décédées. Les familles respectives partagent douleur et interrogations.

Le cas de Madame R. 

Madame R. est agent d’accueil à la municipalité aixoise. A 64 ans, elle fait partie des gens dits « à risques » ou « vulnérables » au virus.

Comme toutes les personnes de sa catégorie, elle a été placée en arrêt de travail par son médecin. Jusqu’à ce que la mairie d’Aix examine l’arrêt de travail et décide en fonction de ses signes de vulnérabilité, d’adapter son poste de travail.

Madame R. sera dorénavant isolée du public. Et selon ses chefs de service, elle peut revenir en mairie pour reprendre le travail sur ce poste redéfini pour elle.

A la mi-mars, Madame R. s’exécute et se sent rassurée. Désormais tout contact avec le public lui est interdit. Mais selon sa famille, les choses vont rapidement changer.

Sa fille Nassera précise que "la crise sanitaire ayant entraîné un manque de personnel, elle a été amenée à pallier les absences et reprendre assez régulièrement son poste d’origine".

Des simples symptômes au coma

A qui doit-elle cette contamination ? A une personne du public ? Peut-être, ou peut-être pas… Car selon les témoignages recueillis par sa famille, un membre du personnel du même service testé positif au Covid serait venu travailler en toute connaissance de cause,  "pour continuer à percevoir sa prime de présence", précise Nassera.

Quelques jours plus tard, après avoir réalisé un test antigénique négatif, Madame R. commence à ressentir des symptômes et un nouveau test vient confirmer sa positivité au covid-19.

Transportée à l’hôpital d’Aix, son état de santé se dégrade. Dès le lendemain, elle est alors transférée au service réanimation d’une clinique privée. Huit jours plus tard,  les médecins doivent se résoudre à la plonger dans un coma artificiel.

Madame R. est décédée dans la nuit du 23 au 24 avril.

La mairie promet une enquête administrative

Aujourd’hui les deux familles s’interrogent : la mairie a-t-elle bien géré la situation ? Les chefs de service auraient-ils une responsabilité dans ces deux affaires ? Et qu’en est-il de la personne qui est venue travailler alors qu’elle savait qu’elle était positive au virus ?

La famille de Madame R. a pu rencontrer la maire d’Aix-en-Provence dans son cabinet. Un échange qui selon Nassera n’a pas servi à grand-chose.

"Maryse Joissains nous a  indiqué qu’une enquête administrative interne allait être menée pour définir les responsabilités : celles du membre du personnel venu travailler en toute connaissance de sa positivité et celles des chefs de service."

Après une entrevue avec un avocat, la famille de madame R. envisage de porter plainte pour mise en danger de la vie d’autrui.

Une deuxième démarche pourrait être entamée auprès de la justice par la deuxième famille concernée. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société justice