L'ancien directeur de Sciences Po Aix condamné à de la prison avec sursis : ce que l'on sait de cette affaire

Christian Duval, ancien directeur de l'IEP (Institut d'études politiques) d'Aix-en-Provence, a été condamné mardi 16 avril à 18 mois de prison avec sursis. Il est accusé d'avoir multiplié les partenariats, générant des diplômes douteux, ce qui avait failli valoir à l'école l'expulsion du prestigieux réseau "Sciences Po".

L'ancien directeur de Sciences Po Aix, Christian Duval, a été condamné mardi 16 avril à 18 mois de prison avec sursis, dans une affaire de diplômes douteux. Son adjoint a lui aussi été condamné. France 3 Provence-Alpes résume ce que l'on sait de cette affaire.

Prison avec sursis et des dommages et intérêts

L'ancien directeur de Sciences-po Aix a été condamné à 18 mois de prison avec sursis. Son ancien adjoint, Stéphane Boudrandi, écope d'une condamnation de neuf mois de prison avec sursis. Ils devront payer 30 000 euros de dommages à l'IEP d'Aix.

Lors de l'audience en février, le parquet avait requis deux ans de prison avec sursis et 20 000 euros d'amende contre Christian Duval et un an avec sursis et 5 000 euros d'amende contre Stéphane Boudrandi.

Des partenariats controversés

Les deux hommes étaient poursuivis notamment pour "fourniture frauduleuse de document administratif" et "escroquerie". La procureure leur a reproché dans son réquisitoire d'être "venus vendre le renom de l'IEP", indiquant que 765 étudiants avaient été impactés. 

Agrégé de droit, directeur de l'IEP depuis 2006, Christian Duval avait multiplié, moyennant finances revenant à l'établissement, des partenariats avec des écoles ou des organismes, en France et à l'étranger.

Des "Sciences Po" île Maurice ou Arménie avaient ainsi vu le jour, avant que Christian Duval ne mette soudainement fin à ces contrats très controversés en interne.

En France, des instituts de formation, bénéficiant de "conventions", offraient à leurs élèves un diplôme, semblant émaner de l'IEP, tout en facturant les cursus jusqu'à 8 000 euros.

"L'affaire a éclaté par les faux diplômes, mais de l'enquête qui en est née, se sont révélés un nombre de dysfonctionnements absolument incroyable", a indiqué Romain Kail, avocat de l'IEP, partie civile.

Une affaire révélée par Marsactu et Mediapart

L'affaire avait été révélée en 2014 par le site d'investigation Marsactu et Mediapart, entraînant la démission du professeur Duval, agrégé de droit public. Les sites d'informations révélaient que six directeurs d'IEP s'inquiétaient du développement des partenariats avec des organismes de formation privés. Ils menaçaient le directeur de Sciences Po Aix d'exclure l'école du concours commun des IEP, s'il ne revenait pas sur cette politique.

Christian Duval avait démissionné en novembre 2014.