Maires invités au Crazy Horse : on vous explique la polémique qui éclabousse des élus de la région en quatre actes

Les élus ont été conviés à une soirée "promotionnelle" au célèbre cabaret parisien, offerte par l'Office foncier solidaire (OFS) le 22 novembre dernier, à l'invitation des maires de Bouc-Bel-Air, Cabriès et Simiane-Collongue.

Une invitation qui soulève des questions. Des élus de la région ont assisté en novembre dernier à la revue "Totally Crazy", le show qui célèbre les 70 ans de créations "glamourissimes" de la mythique institution parisienne. Une soirée "promotionnelle" au frais de l'Office foncier solidaire de Bouc-Bel-Air, une association financée par des communes du pays d'Aix. Ce "mélange des genres" suscite la polémique et une pétition a été mise en ligne.

Cette affaire rappelle celle des élus varois, eux aussi conviés au Crazy Horse par l'AMF83, à un tarif préférentiel, à l'occasion du congrès national des maires, en novembre 2022. Ils avaient finalement préféré annuler la soirée, avait dévoilé Var-Matin. France 3 Provence-Alpes vous retrace cette nouvelle polémique en quatre actes.

Acte 1 : les maires se rendent à une soirée promotionnelle au Crazy Horse

À l'occasion du congrès annuel des maires de France à Paris, des élus du pays d'Aix assistent le 22 novembre 2023 au spectacle du Crazy Horse à Paris. Un dîner au "Ginger restaurant" est également au programme de cet événement intitulé "OFS Tous Propriétaires". L'invitation émane de trois maires membres du conseil d'administration de l'Office foncier solidaire (OFS) de Bouc-Bel-Air : Richard Mallié, maire de Bouc-Bel-Air, Amapola Ventron, maire de Cabriès-Calas et Philippe Ardhuin, maire de Simiane-Collongue.

Les OFS sont des organismes gérant des biens immobiliers et favorisant l'aide au logement pour les personnes aux revenus modestes. L'OFS de Bouc-Bel-Air a été créé par Richard Mallié en 2019.

Acte 2 : Marsactu révèle l'affaire 

"Soirée de travail, soirée festive ou mélange des genres ?", interroge Marscatu (article payant), qui révèle l'affaire le 4 janvier. Le site d'information rapporte qu'"une quinzaine de maires et de collaborateurs de la région" ont assisté à la soirée, selon le président de l'OFS Thierry Schifano. Ce dernier reconnaît qu'il s'agit d'"une soirée promotionnelle" ayant pour but de faire connaître l'association et d'inciter les élus à y adhérer pour "mettre en place des projets immobiliers chez eux, qui permettent aux plus précaires d'acheter une maison".

Selon Marsactu, les trois mairies à l'origine de l'invitation au Crazy Horse ne respectent pas la loi SRU sur les logements sociaux et les subventions votées en faveur de l'OFS permettent de réduire les pénalités encourues. Richard Mallié a reconnu l'objectif de la soirée : "On a invité des maires qui sont carencés en matière de logements sociaux".

"Le but est de leur expliquer qu'en faisant financer des projets via l'OFS, ils baissent leur pénalité, et au lieu de construire du social, ils construisent des copropriétés", a-t-il déclaré à Marsactu. Le site donne l'exemple d'une subvention de 190 000 euros adoptée au bénéfice de l'OFS par la mairie de Simiane en 2022, et d'une autre de 220 000 euros à Bouc-Bel-Air le 20 novembre 2023. 

Acte 3 : le maire de Simiane réagit sur les réseaux sociaux

Le jour de la médiatisation de l'affaire, le 4 janvier, le maire LR de Simiane, Philippe Ardhuin réagit sur sa page Facebook. "Je subis une fois de plus des attaques personnelles mensongères de la part de la minorité politique de Simiane", écrit-il. Le maire explique que la soirée au Crazy Horse était un "événement de communication", et que des "évènements promotionnels de toutes sortes sont organisés tous les jours.  Selon lui, seul le lieu "peut éventuellement être discutable". Quant à l'argent versé à l'OFS, "il sert à financer des opérations immobilières pour les Simianais et rien d'autre", se défend-il.

Le message du maire répond aux accusations de l'opposition municipale, qui l'a interpellé sur cette affaire, lors du conseil municipal du 15 décembre. Philippe Ardhuin accuse pour sa part les élus d'opposition de "bêtise" autant que de mensonges. Le post a suscité de nombreux commentaires virulents. Selon Marsactu, les élus d'opposition ont déposé plainte.

Acte 4 : une pétition lancée pour saisir l'agence anticorruption

"Des maires invités au Crazy Horse par une association qu'ils subventionnent". Une pétition a été mise en ligne ce lundi 8 janvier pour réclamer un contrôle de l'agence française anticorruption. Elle a collecté près de 3000 signatures en une journée.

La demande est portée par Isabelle Mazeaud, élue d'opposition (divers Centre) de Simiane, qui avait interpellé le maire Philippe Ardhuin sur cette affaire au conseil municipal du 15 décembre, sans obtenir de réponse.

La pétition, adressée à Isabelle Jegouzo, directrice de l'Agence française anticorruption, demande des "clarifications" sur cet événement présenté comme "une réunion de travail", lancée par des élus qui l'ont financée "avec les deniers" d'une association "dont ils sont administrateurs", "pour que d'autres maires viennent y apporter des fonds de leur commune"

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité